Téléphonie : Free et Orange sur les rangs pour racheter Bouygues

le
0
Téléphonie : Free et Orange sur les rangs pour racheter Bouygues
Téléphonie : Free et Orange sur les rangs pour racheter Bouygues

On connaissait déjà le feuilleton General Electric/Siemens pour le rachat d'Alstom. Une nouvelle intrigue devrait bientôt se nouer dans le secteur de la téléphonie : Bouygues Telecom, mal en point après son échec dans l'acquisition de SFR, serait mis sur le marché. Même si l'opérateur filiale du groupe de BTP affirme que son objectif est de poursuivre seul l'aventure. Mais cela pourrait se faire au prix d'une réduction des coûts de l'ordre de 300 millions d'euros par an avec l'annonce probablement, dès mercredi à 13 h30 lors du comité central d'entreprise de la suppression, selon les syndicats, de 1 000 à 2 000 postes.  Si c'est le cas, les syndicats auront alors à négocier les mobilités en interne et les reclassements dans le groupe de BTP. «Ce ne seront pas des licenciements secs, les gens ne se retrouveront pas à Pôle emploi», a assuré Bernard Allain, délégué central FO. 

Autre solution. Les acquéreurs potentiels de Bouygues sont au nombre de deux depuis que Numéricable a fait main basse sur SFR. « Pour Bouygues Telecom, il n'y a pas trente-six solutions dans un scénario de consolidation : soit un rapprochement avec Iliad-Free, soit avec nous, avait affirmé Stéphane Richard, le pdg d'Orange, le 20 mai, devant la commission des affaires économiques du Sénat. Aucun acquéreur non français ne pourrait lui proposer un prix convenable.»

Orange, par l'intermédiaire de deux banques, aurait valorisé Bouygues Telecom à 6 milliards d'euros. Mais le dossier est complexe et risque d'être bloqué par les autorités de la concurrence.

- Côté positif, Orange pourrait profiter d'importantes synergies estimées pour lui à plus d'un milliard d'euros par an. En outre, Orange pourrait recupérer la base des clients de Bouygues sans avoir à effectuer d'importantes et coûteuses campagnes de promotions. De surcroit, à l'image de ce qui s'est passé en Autriche, le retour à trois opérateurs sur le marché pourrait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant