Téléphonie : c'est la fin des dernières cabines publiques

le , mis à jour à 12:06
12
Téléphonie : c'est la fin des dernières cabines publiques
Téléphonie : c'est la fin des dernières cabines publiques

Le cadran a tourné. Le 31 décembre, après un siècle de bons et loyaux services, les dernières cabines téléphoniques publiques vont disparaître, balayées par le succès du mobile. Si la France en a compté jusqu'à 300 000 dans les années 1990, en cette rentrée 2017 elles ne sont plus que 5 450, selon Orange, qui a donc programmé leur disparition pour la fin de l'année.

 

LIRE AUSSI

> Ce maire des Hautes-Alpes remue ciel et terre pour garder sa cabine téléphonique

 

A Paris, où le premier téléphone public est apparu en 1884, on ne voit déjà plus une seule cabine. La dernière, située rue Ordener (XVIIIe arrondissement), a été démontée en juin dans l'indifférence générale. Mais dans certaines communes rurales, la tonalité est tout autre (lire ci-dessous). « Le trafic des cabines n'est plus aujourd'hui que de 0,6 % de ce qu'il était en 2000 », explique Laurentino Lavezzi, directeur des affaires publiques d'Orange. De 516 M¤ de chiffre d'affaires en 2000, ce service génère dorénavant des pertes supérieures à 10 M¤ par an.

 

Un service cher et boudé par le public

 

« La durée moyenne d'appel par cabine est tombée à 10 secondes par jour. Sur les 10 000 cabines encore en service au premier trimestre 2017, la moitié n'ont pas décroché une seule fois », insiste Laurentino Lavezzi. Le mouvement de désinstallation a commencé en douceur à la fin des années 1990, en même temps que le mobile creusait son sillon. Le coup de grâce est venu en 2015, lorsque le Parlement a voté la loi Macron. L'une des mesures concernait la suppression du service universel d'Orange, à savoir l'obligation pour l'opérateur de maintenir les 46 000 cabines devant garantir sur tout le territoire le maintien d'un accès au téléphone. Les parlementaires ont admis qu'il était devenu aberrant de dépenser chaque année plus de 14 millions d'euros pour maintenir en état des Publiphones boudés par un public équipé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dioptaze il y a 6 mois

    https://cryptosrevolution.wixsite.com/beta

  • M5441845 il y a 6 mois

    Il est certain qu'il reste encore certaines zones de montagne qui ne sont pas couvertes par le réseau portable, mais ce sont des zones très peu habitées ou il n'y avait de toute façons pas de cabine téléphonique. Les cabines étaient, fort logiquement, dans les villages, pas sur les chemins au milieu des pâturages ou de la foret. Il ne doit pas rester beaucoup de village non couvert par les réseau portable...

  • frk987 il y a 6 mois

    suite : quoiqu'en dise les opérateurs, la France n'est pas couverte à 100% loin de là....Sur la partie alpine, je dirais que même pas 50% est couvert.

  • frk987 il y a 6 mois

    Il reste un problème non résolu que bien sûr ignore un parisien, ce sont les vallées encaissées où les portables ne passent pas.....Alors dans ce cas on fait comment ? Il aurait fallu laisser quelques cabines, une centaine dans les Alpes...par exemple.

  • Berg690 il y a 6 mois

    jmlhomme pas de quoi être fier de votre intervention.

  • mxnagg il y a 6 mois

    Les Systemes d'arret d'Urgence des Centrales Nucleaires ont un taux d'utilisation tres bas : DONC il faut les supprimer ( et je parle meme pas du taux d'utilisation productive des retraites... )

  • bearnhar il y a 6 mois

    ostrevan : vous soulevez un problème comique, les cartes téléphoniques avaient une date de péremption, alors qu'il n'y en a aucune sur les timbres, vous achetiez donc un droit à téléphoner, du temps d'un service public, et vous vous faisiez enf-ler, sympa, et l'état a laissé faire. France telecom a du se faire un joli pactole.

  • mxnagg il y a 6 mois

    Les Camions de Pompier en province ont un taux d'utilisation tres bas : DONC il faut les supprimer

  • mxnagg il y a 6 mois

    Les Bornes d'appel d'autouroute ont egalement un taux d'utilisation tres bas : DONC il faut les suppprimer

  • paulritz il y a 6 mois

    remboursement des unités non utilisés sur les cartes téléphoniques?