Téléphonie : Bouygues et SFR veulent partager leurs réseaux mobiles

le
3
Téléphonie : Bouygues et SFR veulent partager leurs réseaux mobiles
Téléphonie : Bouygues et SFR veulent partager leurs réseaux mobiles

L'union fait la force. Bouygues Telecom et SFR viennent d'entrer en négociations exclusives pour partager une partie de leurs réseaux mobiles. Cette mutualisation, que les deux opérateurs souhaîtent boucler avant la fin de l'année, a pour objectif de limiter les coûts d'investissement au moment du développement de la 4G et face à la forte concurrence de Free.

Selon les numéros deux et trois du secteur, cet «accord stratégique» doit permettre de «figurer parmi les acteurs incontournables de la modernisation de l'économie numérique en France» et «d'offrir à leurs clients respectifs la meilleure couverture géographique et la meilleure qualité de service». Pour faire simple, Bouygues et SFR vont pouvoir partager les infrastructures, principalement les antennes relais qui pourront émettre sur les deux réseaux. Il ne s'agit en aucun cas d'une fusion. Les deux entreprises vont conserver leur indépendance en matière commercial et auprès de leur clientèle pour développer leur propre offre.

Une première en France

S'il s'agit d'une première en France dans le domaine des télécoms, cette pratique est déjà utilisée depuis de nombreuses années dans l'industrie automobile. Pour rationaliser les coûts, les marques d'un même groupe partagent des pièces dites «invisibles» (chassis, moteurs,...) où les mêmes plateformes de fabrication tout en se démarquant sur le design.

Bouygues et SFR ont déjà reçu un aval de principe de l'Autorité de la concurrence malgré quelques restrictions. Dans un avis de mars 2012, le principe de la mutualisation est accepté dans les zones peu denses et dans les lieux de déploiement prioritaire. En revanche, selon Bruno Lasserre, le président de l'Autorité, il est nécessaire que les opérateurs conservent leurs propres équipements dans «les endroits les plus peuplés du territoire» car la concurrence se fait «par les infrastructures».

La concurrence de Free

En attendant, ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M362321 le mardi 23 juil 2013 à 15:31

    Les loups s'entendent entre eux.

  • lubek le mardi 23 juil 2013 à 15:19

    Un bon réseau national vaut mieux que 10 réseaux particuliers ! On appelait ça France-Télecom !

  • cachagui le mardi 23 juil 2013 à 15:11

    Esperons que l'ARCEP s'inclinera..!