Telegram, une messagerie cryptée prisée des jihadistes

le
0
Telegram, une messagerie cryptée prisée des jihadistes
Telegram, une messagerie cryptée prisée des jihadistes

La messagerie Telegram, sur laquelle l'un des deux auteurs de l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray avait évoqué son projet selon L'Express, est régulièrement pointée du doigt par les autorités comme l'un des moyens de communication préféré des jihadistes, du fait de son système de cryptage.Lancée en 2013, cette messagerie gratuite, qui promet "vitesse et sécurité", permet d'échanger messages, photos, vidéos et documents avec ses contacts, soit à deux, soit avec un groupe (jusqu'à 5.000 personnes). Elle propose également la création de chaînes, un peu comme YouTube, pour diffuser des messages publics.Selon L'Express, Adel Kermiche utilisait cette messagerie, sur laquelle il avait décrit par avance le mode opératoire de l'attentat, mentionnant "un couteau" et "une église". La semaine dernière, une cellule qui projetait un attentat pendant les JO de Rio a été démantelée au Brésil après l'interception de messages échangés notamment sur Telegram.Lors d'une audition rendue publique mi-juillet, le patron du renseignement intérieur Patrick Calvar avait indiqué que Telegram était "le principal réseau utilisé par les terroristes". "Le chiffrement (cryptage) était une question majeure que seules des conventions internationales pourront régler", avait-il estimé."Aujourd'hui, en termes de rapidité dans la fermeture des comptes ou des groupes de discussions, Twitter, Facebook... ont des processus bien huilés avec les forces de l'ordre. Ils peuvent réagir en quelques heures, alors que sur Telegram, la réactivité est moindre", a expliqué à l'AFP Gérôme Billois, expert en sécurité informatique chez Wavestone.Telegram est en outre plébiscité pour sa confidentialité. L'utilisateur peut crypter les messages de bout en bout, ou programmer leur destruction."Quand les services de renseignement voient passer ce type de messages, même s'ils les interceptent, ils ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant