Telegram, objet de convoitises en Russie après le rachat de WhatsApp

le
0
Telegram, objet de convoitises en Russie après le rachat de WhatsApp
Telegram, objet de convoitises en Russie après le rachat de WhatsApp

Le spectaculaire rachat de la messagerie WhatsApp provoque un soudain regain d'intérêt pour Telegram, l'application concurrente lancée par le jeune patron du "Facebook russe", et envenime la guerre ouverte engagée à la tête de ce réseau social très prisé.Pavel Dourov a fondé VKontakte (VK) en 2006 à sa sortie de l'université de Saint-Pétersbourg et a transformé son site, à l'interface proche de son grand frère américain, en un réseau ultra-dominant dans l'ex-URSS, avec aujourd'hui plus de 100 millions d'utilisateurs.Mais c'est pour son nouveau bébé que ce jeune génie de l'internet russe de 29 ans au regard sombre, amateur de provocation, fait désormais parler de lui.Lancé en août, Telegram, qui permet d'échanger messages, photos, vidéos et fichiers informatiques, a connu ces derniers mois un succès grandissant qui s'est brusquement accéléré depuis que Facebook a mis 19 milliards de dollars sur la table pour s'emparer de WhatsApp.L'afflux de nouveaux utilisateurs a connu un pic de près de cinq millions d'inscriptions le 23 février. L'application a affirmé s'être placée ce jour là en tête des téléchargements sur les iPhone dans 48 pays.- communications ultra-sécurisées - Sur l'influent site russe consacré aux nouvelles technologies siliconrus.com, le blogueur Alexandre Lachkov a expliqué le phénomène par les craintes des utilisateurs de WhatsApp de voir arriver de la publicité sur l'application sous la houlette de Facebook, condamné à "monétiser" ses services pour satisfaire ses actionnaires.Il a aussi cité la question de la protection des données personnelles, reproche fréquent adressé au réseau américain.Depuis son lancement, Telegram a bâti sa réputation sur la rapidité mais surtout la sécurité, avec des communications cryptées des deux côtés et la possibilité de mener des "conversations secrètes" sans trace sur les serveurs. Il propose 200.000 dollars à quiconque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant