Télécoms: Richard accuse Bruxelles de faire "beaucoup de dégâts"

le
5
Télécoms: Richard accuse Bruxelles de faire "beaucoup de dégâts"
Télécoms: Richard accuse Bruxelles de faire "beaucoup de dégâts"

La politique de concurrence de la Commission européenne a provoqué "beaucoup de dégâts" notamment dans le secteur des télécoms, dénonce dans le Figaro lundi le PDG d'Orange Stéphane Richard, en évoquant aussi un "acharnement" contre son groupe."Depuis vingt ans, Bruxelles ne sait faire qu'une seule et unique chose: de l'antitrust. Bruxelles semble ne pas comprendre que le monde a changé, que nous ne sommes plus les anciens monopoles historiques depuis longtemps mais que nous sommes plongés dans un monde ultra concurrentiel", fustige M. Richard.Pour lui, "dans le transport aérien, l'énergie, les télécoms, Bruxelles fait de la concurrence sauvage l'alpha et l'oméga de la politique économique. Cette idéologie a provoqué beaucoup de dégâts".Cette politique a "déjà largement fait le jeu des Asiatiques en mettant en ?uvre une régulation visant uniquement à baisser les prix et en mettant sous pression les équipementiers et fabricants européens comme Alcatel ou Nokia".Stéphane Richard prévient par exemple qu'une nouvelle baisse des prix des appels passés depuis l'étranger (roaming), réclamée par l'UE, affecterait son groupe. Cela "représenterait une perte sèche pour Orange de 300 millions d'euros de marge", estime-t-il.Le PDG d'Orange qualifie les inspections surprise, le 11 juillet, de la Commission européenne dans les locaux de plusieurs groupes de télécommunications européens, dont le sien, l'allemand Deutsche Telekom et l'espagnol Telefonica, "d'acharnement"."C'est la quatrième fois depuis que je suis à la tête du groupe que les autorités de concurrence mènent ce type d'opération. Difficile de ne pas y voir une forme d'acharnement".L'UE soupçonne ces opérateurs dont l'allemand Deutsche Telekom et l'espagnol Telefonica, d'avoir enfreint les règles européennes en matière d'abus de position dominante dans un conflit avec l'américain ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • caogan77 le lundi 22 juil 2013 à 16:34

    Il a parfaitement raison, cette politique poussée à l’extrême est mortifère pour nos entreprises. Parce que baisser les coûts et se battre à mort pour çà c'est bien pour le client sauf quand il est salarié aussi ! et comme nous ne sommes pas toujours les meilleurs et le moins chers nos entreprises périclites plus vite que les autres. A la fin on fera quoi ?

  • M654098 le lundi 22 juil 2013 à 11:40

    orange oublie aussi ses investissement foireux et avoir payé des rachats au prix fort.pour avoir bossé dans la téléphonie,l'argent a coulé à flot durant des années.animateurs payés par orange via un prestataire et ces mêmes animateurs ont offert leurs servives aux grandes surfaces qui avaient là de la main d'oeuvre gratuite.je ne parle pas des budgets des operateurs en magasin.une vitrine bidon contre un cheque de 1000 euros par ci, des chèques cadeaux pour le responsable de rayon par là...

  • M654098 le lundi 22 juil 2013 à 11:34

    quand free a lancé le forfait 2h pour 2 euros et sms illimités, l'entreprise a dit faire une marge de 50% sur la revente en gros d'orange.quand on sait qu'orange proposait un forfait de 40 minutes bloqué pour 18 euros juste avant (forfait 40 mn 20 euros précédement) , on comprend la rage de richard face à l'europe qui a tué sa poule aux oeufs d'or.des culbutes x27 , tout le monde rêverait d'en faire!!

  • lorant21 le lundi 22 juil 2013 à 10:51

    La concurrence, c'est bien. Mais il ne faut pas perdre de vue l'efficacité. C'est un peu comme F.Hollande et les impôts...

  • M1945416 le lundi 22 juil 2013 à 09:20

    et on nous raconte que l'europe protège ses entreprises ...