Telecoms: pas de trêve de Noël dans la guerre des prix

le
1
Telecoms: pas de trêve de Noël dans la guerre des prix
Telecoms: pas de trêve de Noël dans la guerre des prix

A quelques jours de Noël, pas question d'observer la trêve des confiseurs pour les opérateurs télécoms. La guerre est même relancé sur deux fronts: la 4G sur la téléphonie mobile et sur l'internet fixe.

Début décembre, Iliad avec sa filiale Free a dégaigné en premier en proposant de la 4G (réseau mobile offrant un débit sept fois plus important que la 3G) pour ses abonnements low cost obligeant les trois autres opérateurs à s'aligner sur ses tarifs pour ne pas se laisser distancer. Un sale coup pour Orange, Bouygues et SFR qui, après avoir mis plus de 3,5 milliards d'euros sur la table ,espéraient se refaire une santé avec cette offre pour se différencier précisément de Free.

Ce coup de poignard de Free a immédiatement déclenché, par médias interposés, des salves d'invectives entre patrons. Xavier Niel (Free) dans le JDD a lancé que Martin Bouygues était «un héritier qui a souvent un vrai bon sens paysan» avant d'estimer que Stéphane Richard (Orange) était «encore jeune dans le métier»... Immédiatement, le patron d'Orange, dans le Figaro, a estimé que Xavier Niel était «le roi de l'embrouille»...

Martin Bouygues défie Xavier Niel

Mais l'attaque la plus sévère est venue de Martin Bouygues, jeudi dans le Figaro. «Dans l'Internet fixe, la fête est finie. Bouygues Telecom va offrir une vraie rupture en 2014, avec des technologies et des services innovants. Nous allons faire faire 150 euros d'économie par an aux abonnés du fixe qui choisiront ce service, ce qui fait une économie de 12,5 euros par mois. Qui dit mieux ? Que Xavier Niel fasse la même chose s'il en est capable!», a déclaré le patron de l'entreprise éponyme.

Selon lui, Free réalise plus de 40% de marges dans ce domaine contre moins de 20% chez Bouygues. «Je constate simplement qu'entre 2010 et 2013, la fortune de Xavier Niel évaluée par Challenges est passée de 3 à 6 milliards d'euros, ce qui le place en 10e position des plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4328752 le samedi 21 déc 2013 à 00:04

    La guerre des prix n'existent que dans les titres des articles. s'ils baissent les prix , c'est qu'ils peuvent le faire.