Télécoms: des prédateurs en quête de nouveaux relais de croissance

le
0
Dans un contexte d'assouplissement de la régulation, la faible valorisation des opérateurs européens aiguise l'appétit des investisseurs étrangers.

L'Europe des télécoms, qui paraissait atone et semblait s'enfoncer dans la crise avec des taux de croissance en berne, suscite un regain d'intérêt. Deux explications à cela: la sous-valorisation des opérateurs européens et l'assouplissement de la régulation par la Commission européenne pour soutenir l'industrie des télécoms. «Pour les investisseurs, les opérateurs télécoms en Europe sont à un bas de cycle, leur valorisation est faible. Ils font le pari que la régulation va évoluer et que la crise va passer, qu'au final les opérateurs vont remonter. Donc, c'est le moment d'acheter», observe Pierre Peladeau, vice-président chez Booz & co. Les mouvements ont débuté.

Tout a commencé à l'été 2012 avec l'offensive du magnat mexicain Carlos Slim sur l'opérateur historique néerlandais KPN. Grâce à une OPA hostile...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant