Télécoms: coincée entre les USA et l'Asie, l'Europe cherche sa place

le
0
Télécoms: coincée entre les USA et l'Asie, l'Europe cherche sa place
Télécoms: coincée entre les USA et l'Asie, l'Europe cherche sa place

Pendant que l'Américain Apple, le Sud-Coréen Samsung et les nouveaux venus chinois se livrent une bataille acharnée pour dominer le monde de la téléphonie mobile, l'Europe cherche les moyens de revenir dans la course.Depuis dimanche et jusqu'à jeudi, tous les passionnés de technologies ont les yeux braqués sur Barcelone, où se tient le Congrès mondial de la téléphonie mobile, considéré comme la grand-messe du secteur. "L'Europe peut se sentir comme le point de mire de l'industrie, au moins pour une semaine", ironisait fin février Claudia Nemat, membre du directoire de l'allemand Deutsche Telekom.Ensuite, "la majorité des lanceurs de tendance retourneront aux Etats-Unis et en Asie", se désolait-elle.L'Europe a connu son âge d'or dans les télécommunications dans les années 2000, avec le déploiement de la 3G et la prédominance du groupe finlandais Nokia.Mais le continent est à présent à la traîne des Etats-Unis à l'heure de la 4G et le rachat en 2013 des activités de téléphonie mobile de Nokia par l'américain Microsoft a scellé son déclin, alors que le Finlandais avait été un des pionniers des smartphones.- des wearables "made in Europe" -Les groupes américains Google et Apple aussi ont imposé leurs systèmes d'exploitation Android et IOS à travers le monde et les smartphones les plus populaires viennent des Etats-Unis et d'Asie.Preuve en est, les présentations les plus attendues à Barcelone ont été celles du nouveau smartphone du groupe sud-coréen, le Galaxy S6, destiné à contrer Apple et la dernière montre de son compatriote LG Electronics, compatible avec la 4G.L'Asie devrait encore renforcer son poids dans les années à venir avec la percée fulgurante des acteurs chinois. L'un d'entre eux, Xiaomi, occupait le cinquième rang mondial des fabricants de smartphones derrière Apple et Samsung au dernier trimestre 2014, alors qu'il n'était qu'une start-up en 2010, selon une étude du cabinet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant