Télécoms : Bouygues se donne jusqu'à fin mars pour conclure avec Orange

le
0
Télécoms : Bouygues se donne jusqu'à fin mars pour conclure avec Orange
Télécoms : Bouygues se donne jusqu'à fin mars pour conclure avec Orange

Où en sont les négociations lancées en janvier en vue d'une fusion entre Orange et Bouygues ? Présentant ce mercredi matin les résultats de son groupe, Martin Bouygues n'a pas voulu dévoiler les enjeux en cours, assurant que «les discussions ne sont pas terminées». Le PDG a cependant indiqué que, si un accord devait être trouvé avec Orange, ce serait «avant la fin du trimestre».

 

Ne voulant «pas quitter les Télécoms», il se satisferait d'entrer au capital d'Orange à hauteur «de 10 à 15%». Mais «très attentif» au sort réservé aux collaborateurs de Bouygues telecom, il n'exclue pas de poursuivre «stand alone» (seul) si un «bon accord», «satisfaisant pour tout le monde», n'est pas trouvé.

Martin Bouygues a longuement insisté, au cours de la présentation des résultats de Bouygues SA, sur le fait que sa filiale télécom «a renoué avec la croissance», soulignant «et ça, ça fait du bien». Enfin, si un accord de fusion était trouvé, il a confirmé que certains de ses clients pourraient devoir migrer vers les concurrents, dans le cadre d'une session d'actifs que ne manquera pas d'imposer l'autorité de la concurrence.

Martin Bouygues réplique à la mise en demeure de l'Arcep

C'était une procédure inhabituelle : le 18 février dernier, l'Arcep, le gendarme des Telecoms, a mis en demeure «par anticipation» Bouygues Telecom et Numericable-SFR, soupçonnés de ne pas être en mesure de tenir leur engagement de couverture 4G dans les zones rurales. «J'ai été choqué de cette procédure, a réagi ce mercredi matin Martin Bouygues. C'est un procès d'intention, a quoi joue l'Arcep ? A qui profite le crime ?», s'est-il interrogé avec ironie. Allusion non voilée à l'opérateur historique Orange.

Le patron de Bouygues SA a indiqué que sa filiale couvrait actuellement «20% de la zone de déploiement prioritaire en 4G. Il tiendra sans problème son obligation de 40% prévue en 2017, ca ne présente aucune ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant