Téhéran vise $185 mds de projets gaziers et pétroliers

le
0

VIENNE, 23 juillet (Reuters) - L'Iran a dévoilé jeudi ses projets pour la reconstruction de son industrie et le rétablissement de ses liens commerciaux après l'accord sur le nucléaire conclu la semaine dernière à Vienne et a dit viser 185 milliards de dollars (168 milliards d'euros) de projets dans les secteurs du gaz et du pétrole. Mohammad Reza Nematzadeh, le ministre de l'Industrie, des Mines et du Commerce, a déclaré que la République islamique entendait concentrer ses efforts sur le gaz et le pétrole, les métaux et la construction automobile et sur les exportations vers l'Europe une fois qu'auront été levées les sanctions économiques visant l'Iran. "Nous recherchons des relations commerciales bilatérales ainsi qu'une coopération dans le développement, la conception et l'ingénierie", a dit Mohammad Reza Nematzadeh lors d'une conférence organisée à Vienne. "Nous ne sommes plus intéressés par l'importation unidirectionnelle de produits et de machines depuis l'Europe", a-t-il déclaré. Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé lundi l'accord visant à mettre fin à des années de sanctions économiques visant l'Iran en contrepartie d'un encadrement de son programme nucléaire. Selon des diplomates, il est peu probable que les sanctions soient levées avant l'année prochaine, la mise en oeuvre de l'accord requérant notamment un feu vert du Congrès américain. Il est également indispensable que des experts nucléaires soient en mesure de confirmer que Téhéran se plie aux termes de l'accord. De nombreuses entreprises européennes n'ont pas attendu pour faire part de leur volonté de revenir en Iran. Hossein Zamaninia, vice-ministre du Pétrole pour le commerce et les Affaires internationales, a précisé que Téhéran avait identifié près de 50 projets gaziers et pétroliers d'une valeur de 185 milliards de dollars que l'Iran espère signer d'ici 2020. Selon le vice-ministre de l'Economie Mohammad Khazaei, Téhéran a déjà noué des contacts avec des entreprises européennes désireuses d'investir dans le pays. "Nous avons récemment assisté au retour d'investisseurs étrangers dans le pays. Certaines négociations ont abouti et nous avons approuvé et accordé des licences et garanties d'investissement", a-t-il dit. "Au cours des deux dernières semaines, nous avons approuvé plus de 2 milliards d'euros de projets de sociétés européennes en Iran", a-t-il dit sans préciser de quelles entreprises il s'agissait. Mohammad Reza Nematzadeh a dit que l'Iran souhaitait intégrer l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) une fois qu'auront été levés les obstacles politiques. (Shadia Nasralla et Maria Sheahan,; Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant