Téhéran libère plusieurs opposants

le
0
Le président iranien Hassan Rohani a fait un nouveau geste d'ouverture vers l'Occident en libérant mercredi plusieurs opposants, peu avant une visite à l'ONU où il veut mettre fin à l'isolement diplomatique de Téhéran.

Les portes de l'Iran «rohaniste» continuent à discrètement s'ouvrir. A quelques jours d'un discours très attendu du nouveau président iranien devant les Nations Unies, Téhéran a fait libérer, mercredi, plusieurs figures de l'opposition. Parmi elles, Nasrin Sotoudeh, une illustre avocate connue pour son action en faveur des droits de l'homme. En janvier 2011, cette mère de deux enfants avait été condamnée à 11 ans de prison et 20 d'interdiction d'exercer son métier pour «actions contre la sécurité nationale et propagande contre le régime». Spécialisée dans la défense des mineurs condamnés à mort, elle a toujours été dans le collimateur des autorités. Mais c'est son combat acharné pour de nombreux activistes, arrêtés pendant les manifestations pos...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant