Téhéran accuse Ryad d'avoir bombardé son ambassade à Sanaa

le , mis à jour à 17:49
0
    par Bozorgmehr Sharafedin et Mohammed Ghobari 
    DUBAI/LE CAIRE, 7 janvier (Reuters) - L'Iran a accusé jeudi 
l'aviation saoudienne d'avoir bombardé son ambassade à Sanaa, la 
capitale du Yémen, dans un contexte de tensions exacerbées entre 
Téhéran et Ryad, mais des témoins contestent la version 
présentée par la république islamique. 
    "L'Arabie saoudite est responsable des dégâts subis par les 
bâtiments de l'ambassade et des blessures subies par certains 
membres de son personnel", a déclaré Hossein Jaber Ansari, 
porte-parole du ministère des Affaires étrangères cité par Irib. 
    L'Iran transmettra ultérieurement aux Nations unies un 
rapport officiel sur l'attaque de Sanaa, a dit le vice-ministre 
des Affaires étrangères iranien Hossein Amir-Abdollahian, cité 
par Isna. 
    Selon des habitants, les bâtiments de l'ambassade n'ont 
toutefois subi aucun dégât. Une frappe aérienne a touché une 
place à 700 mètres de là et des pierres et des éclats d'obus se 
sont abattus dans l'enceinte de l'ambassade. 
    Le général Ahmed Asseri, porte-parole de la coalition arabe 
formée par l'Arabie saoudite au Yémen, a déclaré qu'une enquête 
avait été ouverte, soulignant que les miliciens houthis, qui 
contrôlent Sanaa, utilisaient certaines enceintes diplomatiques 
désaffectées à des fins militaires. 
    Les récents bombardements de la coalition, a-t-il ajouté, 
visaient des installations utilisées par les Houthis pour tirer 
des missiles vers l'Arabie saoudite. La coalition, a-t-il 
assuré, a demandé à tous les pays disposant de représentations 
au Yémen de leur fournir les coordonnées de leurs bâtiments, les 
informations livrées par les Houthis, soutenus par l'Iran, 
n'ayant selon lui "aucune crédibilité". 
    Jeudi, le numéro deux du puissant corps des gardiens de la 
Révolution iranienne a prévenu le royaume saoudien qu'il 
s'effondrerait s'il continuait à entretenir les tensions 
religieuses dans la région. 
    "La politique du régime saoudien aura un effet domino et ils 
seront ensevelis dans l'avalanche qu'ils auront provoquée", a 
déclaré le général Hossein Salami, cité par l'agence Fars. 
    "Le chemin emprunté par le régime saoudien est le même que 
celui que Saddam (Hussein) a choisi dans les années 1980 et 1990 
(en Irak). Il a provoqué un conflit avec l'Iran, exécuté des 
dignitaires religieux de premier plan, fait disparaître des 
dissidents avant de subir une fin pitoyable." 
    Dans un entretien accordé à The Economist, le vice-prince 
héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salman a réfuté 
l'hypothèse selon laquelle un conflit ouvert pourrait se 
déclarer entre le royaume sunnite et l'Iran chiite. 
    "Une guerre entre l'Arabie saoudite et l'Iran serait le 
point de départ d'une catastrophe majeure pour la région", 
a-t-il dit. "Evidemment, nous ferons tout pour l'empêcher." 
 
 (Nicolas Delame pour le service français, édité par Tangi 
Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant