Teddy la frime

le
0
Teddy la frime
Teddy la frime

Manchester United – Tottenham en ouverture du bal de la saison anglaise. De quoi faire plaisir à un ancien des deux maisons : Teddy Sheringham. L'ancien joueur de Millwall et de West Ham aura connu ses plus belles années à Old Trafford et White Hart Lane. C'était les années 90, Teddy roulait en Ferrari, buvait comme un trou et plantait des buts en finale de Ligue des Champions. C'était bien.

"Je m'excuse des troubles que mon attitude a provoqués pour mes coéquipiers, pour le sélectionneur, pour mes parents et pour mon fils". Nous sommes au printemps 1998 et Teddy Sheringham, 32 balais, convoque la presse pour faire une déclaration et se repentir. La Coupe du monde approche et l'Anglais qui évolue à Manchester United vient d'être retenu par Glenn Hoddle pour le Mondial. A ce moment de la saison, Teddy n'est pas au mieux. Il est usé. Pour se ressourcer, il file quatre jours dans le Sud du Portugal. Pour couper. Sur place, "Teddyboy" va faire n'importe quoi : bière, clope, boîte de nuit et une blonde à peine en âge de voter entre les mains. Baladeuses forcément. Le tout dans un établissement nocturne appelé le "Babylone". Dans ces célèbres boîtes à Anglais – où tout le monde vient boire et mater - le footballeur est à sa place. Ivre au milieu des siens. Dans un coin de la discothèque, la photographe d'un célèbre tabloïd maison immortalise la soirée. Le lendemain, tout le Royaume est au courant, preuves à l'appui, que Teddy n'a rien perdu de son terrible penchant pour le n'importe quoi. Son côté démoniaque est toujours là. On est deux ans après la fameuse soirée arrosée de Hong-Kong, où, en pleine préparation de l'Euro 1996, Sheringham fête avec son pote Gascoigne l'anniversaire de ce dernier. Teddy terminera la nuit sur une chaise de dentiste, la chemise ouverte et affalé dans une boîte de nuit à se faire asperger le gosier et le torse de whisky par les copains. La scène fait grand bruit en Angleterre. D'ailleurs, quand Gazza marquera son but contre l'Ecosse quinze jours plus tard (le fameux sombrero), les deux potes reproduiront la scène sur la pelouse...à l'eau. Finalement, Teddy Sheringham était un footballeur anglais des années 90. Dans le bon tempo. Comme ce soir du 26 mai 1999 sur la pelouse du Nou Camp. Rentré en jeu à la 67ème minute, Sheringham égalise avant d'offrir le but de la victoire à Solskjaer. Le tout en moins de 3 minutes. Le sommet de sa carrière avec un fabuleux triplé Championnat-Coupe-C1. En deux actions, Sheringham a définitivement fait taire tous ceux, supporters d'Arsenal et de Chelsea en particulier, qui se foutaient de sa gueule depuis son transfert, durant l'été 1997, chez les Red Devils, pour y prendre la relève d'un certain Eric Cantona. Dans les faits, Teddy n'a rien de Cantoche. L'Anglais a un style tellement britannique, tout en déviation et en remise. Surtout,…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant