Technologies de l'environnement: 2014, l'année des "cleantech" françaises

le
0
Technologies de l'environnement: 2014, l'année des "cleantech" françaises
Technologies de l'environnement: 2014, l'année des "cleantech" françaises

Fermentalg, Innoveox, Lucibel, McPhy Energy: le point commun de toutes ces jeunes entreprises innovantes dans les technologies de l'environnement est leur introduction en bourse réussie en 2014, année faste pour les "cleantech" françaises. Après le boom des start-up numériques, c'est désormais aux jeunes éco-entreprises, ces sociétés qui innovent dans les domaines du développement durable, de séduire les investisseurs et de faire briller la technologie française.Elles sont d'ailleurs nombreuses sur le salon Pollutec organisé jusqu'à vendredi à Lyon et qui leur dédie un espace spécifique."On assiste à une diversification des secteurs d'investissement. Il y avait surtout les énergies renouvelables et désormais il y a une montée en puissance de la chimie verte, du stockage, de l'écomobilité et de l'efficacité énergétique", explique Sophie Paturle, présidente du Club Cleantech de l'Association française des investisseurs pour la croissance (Afic) et associée fondatrice de Demeter Partners.Fermentalg produit des huiles et des protéines à partir de microalgues, McPhy Energy a développé une technologie de production et de stockage de l'hydrogène et Lucibel fournit de l'éclairage led pour les entreprises.Créée en 2008, sur la base de brevets de recherche développés par le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), Innoveox a mis au point une solution de traitement des déchets industriels liquides toxiques pour les secteurs de la pétrochimie, de la chimie, de la santé et de la pharmacie.En trois ans à peine, elle a commercialisé sa première installation pour un site pétrolier à Lacq (sud-ouest de la France) et entre aujourd'hui dans une vraie phase commerciale.Après plusieurs levées de fonds, elle a rejoint la Bourse de Paris sur Alternext cette année et levé plus de 15 millions d'euros. "Nous avons évalué le gisement de déchets que nous pouvons potentiellement traiter grâce à notre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant