Technip: une rumeur de rachat démentie par le groupe.

le
0

(CercleFinance.com) - En hausse de 1,6% à 46 euros dans un marché proche de l'équilibre, l'action Technip profite toujours d'une rumeur de rachat pourtant démentie par sa direction. Est-il l'heure de spéculer sur ce scénario ?

Cette nuit, plusieurs agences de presse rapportaient que la parapétrolière française Technip (qui capitalise 5,4 milliards d'euros) et FMC Technologies (qui vaut un milliard de plus environ) étaient 'en négociations avancées' selon Bloomberg en vue d'une fusion.

Les deux entreprises se connaissent déjà : elles ont formé une importante coentreprise au premier semestre dans le domaine des équipements et des services 'subsea', Forsys Subsea. Mais il est encore trop tôt pour juger ses résultats.

Le segment parapétrolier “subsea”, destiné comme son nom le suggère à l'exploitation du pétrole offshore, est l'un des points forts de Technip et représente environ la moitié de son activité. Cependant, en raison de leurs coûts de production élevés, les gisements offshore font (entre autres) l'objet de réductions drastiques des investissements des majors (Exxon, Shell, Total, etc). Ce qui se traduit par la chute des commandes à leurs fournisseurs, les sociétés parapétrolières. Face à des marchés difficiles, on peut comprendre que des acteurs cherchent à unir leurs forces pour mieux résister.

Mais Technip a démenti l'essentiel de la rumeur : “il n'y a aucune discussion en cours sur de telles opérations” stratégiques, affirme la direction. FMC, elle, n'a pas officiellement réagi.

On peut aussi s'interroger sur cette information, qui ferait de Technip une cible alors que le groupe ne semble pas en avoir le profil : au 3e trimestre, si les prises de commandes ont baissé de 21% à 1,7 milliard, le montant du carnet restait substantiel (17,4 milliards). A comparer avec un CA trimestriel en hausse ajustée de 10,1% à 3,1 milliards, ce qui est plutôt rare dans le secteur, et un résultat net part du groupe amélioré de 24,5% à 163,9 millions. A comparer avec la perte d'un milliard de dollars essuyée par CGG, qui vaut en Bourse moins de 500 millions d'euros.

De plus, le cash-flow du groupe résiste bien et Technip était, fin septembre, en situation de trésorerie nette positive à hauteur de 1,3 milliard d'euros.

Bref, si les commandes peuvent inquiéter, les autres éléments financiers de Technip apparaissent relativement solides. Ce qui militerait pour faire du groupe un prédateur plutôt qu'une proie.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant