Technip : un parapétrolier résistant par gros temps

le
0
Pour faire face à la dégradation du marché, le groupe a ramené sa flotte de bateaux de 36 à 27 navires en 2014. (© Technip)
Pour faire face à la dégradation du marché, le groupe a ramené sa flotte de bateaux de 36 à 27 navires en 2014. (© Technip)

Le géant de l'ingénierie pétrolière retrouve des couleurs en Bourse. Le groupe dirigé par Thierry Pilenko a bénéficié du rebond du prix de l'or noir mais également de la publication de solides résultats annuels. En 2014, ses ventes ont grimpé de 15,5% et l'excédent brut d'exploitation a progressé de 5,3% malgré un début d'année poussif.

Ces dernières semaines, Technip a aussi annoncé le gain de plusieurs contrats, dont certains significatifs. Ces nouvelles positives ne font pas oublier la morosité du marché des services pétroliers. Mais elles rappellent que, dans ce contexte compliqué, le français a des arguments à faire valoir. Suffisamment pour investir dans le titre ?

Sa stratégie 

Les métiers du groupe sont séparés en deux branches. Le pôle onshore/offshore s'occupe de la gestion de projets et de l'ingénierie pour la construction d'infrastructures (plateformes pétrolières, usines pétrochimiques ou de liquéfaction de gaz, etc.). La branche subsea est plus intégrée. La société fabrique une bonne partie des tuyaux flexibles et ombilicaux (qui permettent d'apporter produits chimiques, énergie et informations dans les puits de production) qu'elle va ensuite déposer au fond de l'océan pour le compte de ses clients.

Bloc "A lire aussi"

Ces deux activités ont un point commun : elles ont

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant