Technip Entretien avec le président dans le «Financial Times»

le
0
Copyrights here
Copyrights here

(lerevenu.com) - De ses années passées à Houston (Texas), Thierry Pilenko a gardé le goût des santiags, note le Financial Times. Le quotidien britannique apprécie que le président-directeur général de Technip ne ressemble en rien aux autres dirigeants des groupes français du CAC 40, qui arborent volontiers, eux, la légion d'honneur au revers de leur veston. Il ne sort pas d'une grande école prestigieuse [Thierry Pilenko est diplômé de l'École nationale supérieure de géologie de Nancy et de l'IFP]. Et notre confrère aurait pu ajouter qu'il parle couramment plusieurs langues, sans oublier les vingt ans à travailler chez Schlumberger, le numéro un mondial des services pétroliers.

Le quotidien saumon insiste sur la grande réussite de Technip dans les services à l'énergie et en particulier la pose d'infrastructures sous-marines pour l'industrie pétrolière, l'activité la plus profitable du groupe. Le carnet de commandes a augmenté de 22% en six mois (12,7 milliards d'euros) et le chiffre d'affaires, confirme Thierry Pilenko, devrait atteindre 8 milliards d'euros (+17%), à fin 2012 et la marge d'exploitation, 10%. Le quotidien évoque aussi lun des projets les plus ambitieux de Technip, la construction d'une unité flottante de liquéfaction du gaz pour Royal Dutch Shell.

L'une des clefs du succès de Technip, sous la conduite de Thierry Pilenko, aura été sa diversification : «Il y a cinq ans, plus de 50% de notre carnet de commandes provenaient du Moyen-Orient et maintenant cette région ne représente plus que 20% du total.» La croissance du groupe d'ingénierie s'est faite dans les deux Amériques, en Asie et en Afrique où le dirigeant s'attend d'ailleurs à une explosion de l'activité en Angola et au Ghana. Le journaliste du Financial Times a aussi noté le grand optimisme de Thierry Pilenko pour la mer du Nord, «un marché extrêmement porteur».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant