Technicolor sort enfin du rouge grâce à un recentrage stratégique

le
0
Technicolor sort enfin du rouge grâce à un recentrage stratégique
Technicolor sort enfin du rouge grâce à un recentrage stratégique

Après plusieurs exercices déficitaires, le français Technicolor est sorti du rouge au premier semestre 2013, au terme d'un long travail de recentrage stratégique sur l'électronique et la Maison Connectée.L'héritier de Thomson rebaptisé Technicolor en 2010 affichait encore fin 2012 une perte annuelle de 22 millions.Le premier semestre 2013 a marqué son retour à la rentabilité.Au 30 juin, le résultat net était positif avec un bénéfice de 6 millions d'euros contre une perte de 26 millions un an plus tôt.Le groupe a également amélioré son chiffre d'affaires de plus de 3% à 1,6 milliard et sa rentabilité opérationnelle avec un excédent brut d'exploitation (Ebitda) en hausse de 11% à 207 millions.Dans ses perspectives pour 2013 Technicolor a réaffirmé son objectif annuel d'Ebitda en hausse de 5 à 10% par rapport aux 498 millions réalisés l'an dernier.Le directeur général Frédéric Rose, artisan depuis 2011 de la restructuration de Technicolor, a souligné ses "progrès marquants" dans l'ensemble des métiers, tant en termes de rentabilité que de chiffres d'affaires.Un analyste parisien a quelque peu nuancé ce satisfecit en notant qu'"il n'y avait pas de grande surprise dans ces résultats conformes aux objectifs annoncés depuis des mois".A telle enseigne qu'après un petit gain de l'ordre de 2% à l'ouverture de la Bourse de Paris, le titre Technicolor était stable (+0,29%) vers 13H20 (11H20 GMT) à 3,46 euros. La "bonne nouvelle" de cette publication semestrielle, selon cet analyste, tient plutôt "à la marge très satisfaisante dégagée par la Maison Connectée", nouvel axe stratégique de développement de Technicolor.Sur la période, ce segment a généré 630 millions d?euros de revenus (+13%), soit près de la moitié du chiffre d'affaires global du groupe, réalisés grâce à "une forte croissance" sur les marchés brésilen et indien, et sur le marché nord-américain du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant