Tchat spécial politique familiale avec Alain Trannoy du Cercle des économistes

le
0

François Hollande a tranché : les allocations familiales ne seront finalement pas supprimées pour les ménages aisés. Il renonce ainsi à s'attaquer à un principe clé de la politique familiale en vigueur depuis 1945 : l'universalité des prestations. En revanche, le quotient familial est abaissé de 2.000 à 1.500 euros par demi-part dès 2014. Conséquence : 1,3 million de familles seront concernées et paieront 1 milliard d'euros en plus d'impôt l'an prochain. Pour une famille avec deux enfants disposant au total de 6.000 euros de revenus mensuels, la hausse d'impôts au titre du quotient familial atteindra 250 euros par an, soit 21 euros par mois. Pour tenter de faire passer la pilule, Jean-Marc Ayrault a promis qu'un effort serait réalisé sur les structures d'accueil des enfants de moins de trois ans avec la création de 275.000 postes supplémentaires. Que pensez-vous de cette réforme ? Combien va-t-elle rapporter à l'Etat ? Va-t-elle dans le bon sens ou non ? Débattons-en avec Alain Trannoy du Cercle des économistes.

Alain Trannoy, membre du Cercle des économistes, vous répondra mardi 11 juin à 17h. A vos questions !

Pour relire l'analyse d'Alain Trannoy, cliquez ici.

L'EXPERT :

Directeur d'Études à l'École des hautes études en sciences sociales à Marseille, agrégé et docteur d'Etat en économie, Alain Trannoy dirige l'Aix-Marseille School of Economics et a dirigé le directeur de l'Institut d'économie publique de Marseille. Il est notamment membre du Conseil économique et du développement Durable et du CAE.