Tchad : Valls parmi les soldats français engagés dans le Sahel

le
0
Tchad : Valls parmi les soldats français engagés dans le Sahel
Tchad : Valls parmi les soldats français engagés dans le Sahel

En visite à N'djamena, au Tchad, Manuel Valls a salué samedi l'engagement des troupes françaises dans le combat contre les groupes jihadistes armés au Sahel. A cette occasion, il a insisté sur la nécessité d'«agir» contre «cette nouvelle barbarie». Le Premier ministre s'est rendu sur l'importante base militaire française qui jouxte l'aéroport de N'Djamena, où sont basés quelque 1 300 militaires français, dont l'état-major de l'opération Barkhane.

Créée en août pour prendre le relais de l'opération Serval menée au Mali afin d'arrêter l'expansion des groupes jihadistes, Barkhane s'emploie désormais à étendre son emprise vers le nord du Niger et du Tchad, au plus près de la Libye, considérée comme le «sanctuaire» de nombre des groupes.

«Des coups majeurs infligés aux terroristes»

«J'ai suivi avec précision les opérations que vous avez menées ces dernières semaines (...) Elles ont permis de maintenir la pression sur les groupes terroristes et d'entraver leurs capacités d'action. Elles visent également à couper leurs lignes de ravitaillement entre le Sud-Libye et le Nord-Mali», a souligné le Premier ministre. Ainsi «l'adaptation de votre dispositif se poursuit, avec le déploiement d'une base avancée temporaire à Madama, au Nord-Est du Niger près de la frontière libyenne», a-t-il précisé. «Votre action porte donc ses fruits, avec des coups majeurs infligés aux terroristes», a-t-il ajouté, affirmant toutefois que «les efforts doivent être poursuivis sans relâche».

D'après lui, il est important d'apporter «une réponse régionale et coordonnée» aux défis sécuritaires. «Nous coopérons étroitement avec nos pays partenaires - Tchad, Mali, Niger, Mauritanie et Burkina Faso - au sein de ce cadre institutionnel qu'est le +G5 Sahel+. Aujourd'hui, le Tchad est stable, mais plusieurs menaces pointent à ses frontières», a-t-il poursuivi, avant d'énumérer les différentes crises qui agitent la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant