Tchad : une première attaque de Boko Haram fait 5 morts

le
0
Tchad : une première attaque de Boko Haram fait 5 morts
Tchad : une première attaque de Boko Haram fait 5 morts

Des combattants islamistes de Boko Haram ont fait cinq morts au Tchad. Utilisant des bateaux pour traverser le lac Tchad à partir du Nigeria, ils ont attaqué vendredi pour la première fois le Tchad, dans une incursion meurtrière à Ngouboua, sur la rive tchadienne au nord du lac, a indiqué une source sécuritaire. Les hommes de Boko Haram sont arrivés à bord de grandes pirogues à moteur depuis la localité nigériane de Baga sur le lac. Ils ont attaqué dans la nuit le village et un camp militaire. Quatre civils - dont le chef de canton de Ngouboua - et un militaire ont été tués pendant l'assaut qui a été repoussé, a précisé cette source. Les deux tiers du village ont été incendiés. L'aviation tchadienne est ensuite entrée en action et a détruit toutes les embarcations des assaillants.

Le village de Ngouboua, situé sur une presqu'île à 18 km de la frontière, fait face à Baga. Il accueille plus de 7 000 réfugiés nigérians qui avaient pour la plupart fui les attaques de Boko Haram au Nigeria depuis début janvier, notamment l'attaque très meurtrière contre Baga. Traversant le lac en pirogue, des milliers de civils se sont ainsi éparpillés sur des dizaines d'îlots tchadiens. Le représentant adjoint du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), Mamadou Dian Balde, ne donne pas de détails sur cette attaque en attendant l'arrivée sur place des autorités tchadiennes

Il s'agit là de la première attaque du groupe islamiste nigérian sur le sol tchadien, depuis que le Tchad a commencé à déployer le 16 janvier dernier des troupes au Cameroun et au Niger, aux frontières avec le Nigeria. Et que le Niger a promis d'aider le Nigeria. Le 3 février, l'armée tchadienne a lancé une grande offensive terrestre au Nigeria à partir de Fotokol au Cameroun voisin, reprenant aux islamistes après de durs combats la localité nigériane frontalière de Gamboru. Mais dès le lendemain, Boko Haram menait une contre-attaque meurtrière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant