Tchad : l'ancien dictateur Hissène Habré condamné à la prison à vie

le , mis à jour à 15:06
0
Tchad : l'ancien dictateur Hissène Habré condamné à la prison à vie
Tchad : l'ancien dictateur Hissène Habré condamné à la prison à vie

L'ancien président du Tchad Hissène Habré, reconnu coupable de crimes contre l'humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement, a été condamné lundi à la prison à perpétuité. Il a été jugé à Dakar par le tribunal spécial africain. Le président de la Cour, le magistrat burkinabè Gberdao Gustave Kam, a précisé qu'il disposait de quinze jours pour faire appel de cette décision.

 

«Hissène Habré, la Chambre (ndlr : le tribunal spécial) vous déclare coupable (...) des crimes contre l'humanité de viol, d'esclavage forcé, d'homicide volontaire, de pratique massive et systématique d'exécutions sommaires, d'enlèvement de personnes suivi de leur disparition, de tortures et d'actes inhumains», a ajouté le président du tribunal. Il a poursuivi en expliquant que Hissène Habré a aussi été reconnu coupable «de crimes autonomes de tortures» et «des crimes de guerre d'homicide volontaire, de torture, de traitement inhumain et détention illégale» ainsi que «des crimes de guerre de meurtre, de torture et de traitement cruel» conformément à certains articles du Statut portant création du tribunal.

 

Né en 1942 à Faya-Largeau (nord), il grandit dans le désert du Djourab, au milieu de bergers nomades. Intelligent, il est remarqué par ses maîtres. Il part étudier en France avant de regagner le Tchad. A partir de 1974, il se fait connaître à l'étranger en retenant en otage - durant trois ans - l'ethnologue française Françoise Claustre, obligeant la France à négocier avec la rébellion.

 

Hissène Habré qui s'est emparé du pouvoir par les armes en 1982, est devenu rapidement un bourreau implacable, architecte d'une répression terrible qui marquera les huit années de son règne. Lors de son procès à Dakar, l'ex-président a été qualifié de «véritable chef de service» de l'appareil de répression par le procureur spécial Mbacké Fall. «Combattant du désert», «homme des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant