Tchad : au moins trois morts dans un présumé complot déjoué

le
0
Tchad : au moins trois morts dans un présumé complot déjoué
Tchad : au moins trois morts dans un présumé complot déjoué

Au moins trois personnes ont été tuées à N'Djamena, lors d'une intervention des forces de l'ordre tchadiennes pour déjouer un présumé «complot» contre le régime d'Idriss Déby. Le ministre des Affaires étrangères du Tchad a annoncé l'arrestation de plusieurs personnes, dont deux députés. La France, de son côté, a appelé ce jeudi le gouvernement et l'opposition tchadienne à dialoguer.

«Il y a un groupe d'individus qui préparaient un complot contre les institutions de l'Etat. Mais ce groupe est suivi depuis le mois de décembre par des services de sécurité et mercredi, à l'occasion de l'une de leurs réunions, les forces de l'ordre sont intervenues pour les arrêter», a affirmé jeudi le chef de la diplomatie tchadienne Moussa Faki. Selon lui, les «individus ont réagi en tirant sur les forces de l'ordre. Il y a eu un agent de l'ordre qui a été abattu et en réaction, deux membres de ce groupe ont été abattus. Le reste a été arrêté avec des preuves palpables en leur possession, ils ont tous été remis à la justice».

Une autre version des faits circule

Autre version, selon une source policière, qui a requis l'anonymat, une fusillade a éclaté entre les présumés conspirateurs et les forces de l'ordre venues les arrêter, mercredi, près d'une église du quartier d'Atrone, dans la banlieue (est) de N'Djamena, faisant «plusieurs morts et une quinzaine de blessés».

Mercredi, le gouvernement tchadien annonçait dans un communiqué l'arrestation de membres d'un «groupuscule, qui conspiraient depuis plus de quatre mois et cherchaient à mener une action de déstabilisation contre les institution». Lundi, de nombreuses rumeurs sur l'état de santé du président tchadien Idriss Déby (né en 1952) avaient couru sur internet, certains sites allant même jusqu'à évoquer sa mort.

Paris appelle au dialogue

La France, ancienne puissance coloniale au Tchad, appelle au calme. «Nous avons pris note avec...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant