Taylor, l'itinéraire sanglant d'un tyran avide et cruel

le
0
L'ex-président du Liberia, condamné jeudi pour ses crimes commis en Sierra Leone, a eu recours à la pire terreur pour s'enrichir et se hisser au pouvoir.

Paradoxalement, Charles Taylor n'a pas été jugé pour ses crimes dans son propre pays, le Liberia. C'est pourtant là que ce chef de guerre prédateur a inauguré sa méthode très personnelle pour gagner une guerre civile de huit ans, de 1989 à 1997: recrutement d'enfants soldats et mise en scène d'une terreur macabre et baroque. On vit des combattants de 10 ans drogués et vêtus de robes de mariée abattre leur famille sur ordre. On vit des barrages routiers sortis d'un film d'horreur, décorés d'intestins humains et de têtes fichées sur des piques.

Même en prison, celui qui avait réussi à se faire élire en 1997 faisait toujours peur au Liberia. Craignant la colère de ses partisans, ses successeurs n'ont pas souhaité porter plainte après sa chute en 2003, date à laquelle il a été chassé par une nouvelle rébellion militaire.

C'est donc pour son implication dans le conflit sierra-léonais que Charles Taylor a été jugé et condamné. Le Tribunal spécial pour la Si

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant