Taxis : "J'appelle tous mes collègues à redorer notre blason"

le
2
Ce jeudi et jusqu'à 17 heures, une centaine de taxis bloquent l'accès à la place Denfert-Rochereau, dans le 14e arrondissement de Paris.
Ce jeudi et jusqu'à 17 heures, une centaine de taxis bloquent l'accès à la place Denfert-Rochereau, dans le 14e arrondissement de Paris.

Ils sont une centaine à bloquer ce jeudi jusqu'à 17 heures la place Denfert-Rochereau, dans le 14e arrondissement de Paris, pour dénoncer une « concurrence déloyale » de la part d'UberPOP, une application mobile de transport à prix cassés, qui met en relation des passagers et des conducteurs non professionnels assurant le service avec leurs véhicules personnels.

LIRE aussi « Taxis-UberPOP : « On a envie de les buter »

La principale revendication des taxis : que les chauffeurs UberPOP soient soumis aux mêmes obligations légales. Dans les faits, ces derniers ne paient ni cotisations sociales, ni impôts, ni assurance (entre 2 500 et 4 000 euros par an selon les taxis), et n'ont pas suivi les 250 heures de formation nécessaires pour obtenir un agrément. « De nouveaux acteurs arrivent sur un marché sans en respecter les règles ! C'est inacceptable », lance un chauffeur de taxi, qui ajoute devoir payer aussi des frais de licence et d'entretien de véhicules que les conducteurs non professionnels ne sont pas non plus obligés de débourser. « Nous avons également un plafond de 11 heures de travail à respecter. Les chauffeurs UberPOP peuvent conduire jusqu'à 20 heures d'affilée ! » assure un autre taxi.

« Payer un hacker pour neutraliser l'application »

Publié au Journal officiel en octobre 2014, la loi relative aux taxis et aux voitures de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le jeudi 25 juin 2015 à 18:28

    Trop tard. Les taxis appellent soi-disant au respect de la loi (la justice s'est-elle prononcée ?) alors qu'ils ont bénéficié d'un monopole pendant des décennies qui leur a permis de mépriser leurs clients. Et demain la voiture autonome. Prenez les chauffeurs de taxi en photo, ils vont bientôt disparaître.

  • xk8r le jeudi 25 juin 2015 à 16:02

    ni à aller là ou le client le demande...........