Taxis contre VTC : vers la fin des licences payantes

le
4
Taxis contre VTC : vers la fin des licences payantes
Taxis contre VTC : vers la fin des licences payantes

Faire le ménage et préparer la mutation du secteur. C'est l'ambition affichée du projet de plan présenté hier aux partenaires sociaux par Laurent Grandguillaume, député socialiste de la Côte-d'Or (photo) et médiateur dans le conflit entre professionnels du transport public de personnes : taxis, VTC et Loti (taxis exclusivement collectifs). Un rapport qui fait la part belle aux taxis, assurés de rester « un acteur central », mais qui veut moderniser le secteur grâce à des offres numériques, comme en proposent les plates-formes de type Uber.

Des contrôles massifs. Le rapport recommande de commencer par faire le ménage « en faisant respecter la loi ». Cela passera par « une mise en œuvre massive de contrôles » sur le terrain afin de vérifier, en particulier, que les Loti ne transportent pas de passagers isolés et que les plates-formes de VTC fournissent bien aux autorités les informations prévues par la loi. Contrôles accrus également sur le plan fiscal, et pour tout le monde : exploitants, conducteurs, plates-formes et intermédiaires. Dans ce contexte, il est proposé de rendre inamovible et inviolable la signalétique qui distingue des taxis les voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) et les Loti.

Fin des licences payantes. Au cœur du différend opposant les taxis aux nouveaux venus que sont les VTC et les Loti, les « licences », revendues à prix d'or, doivent « progressivement disparaître » selon Laurent Grandguillaume, qui prévoit un « accompagnement » des chauffeurs en difficulté et un « fonds de garantie pour cessation d'activité » alimenté par « une contribution assise sur le secteur ». C'est-à-dire, in fine, par le consommateur. Ce fonds doit permettre de racheter les licences au moment du départ à la retraite des taxis pour les remplacer par des licences gratuites et incessibles.

Un observatoire et une formation. Le médiateur souhaite un « observatoire national de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • but123 il y a 11 mois

    absolument de votre avis Dada, cela aurait du etre fait depuis fort longtemps, 10 ans sans courage politique et voilà la situation est critique partout! C'est facile de pester contre le gouvernement actuel mais il faut désormais avancer, de force!

  • DADA40 il y a 11 mois

    La fin des licences payantes va dans le bon sens. mais il ne faut pas aller jusqu'à la gratuité complète. Une redevance annuelle modique permettrait de racheter les anciennes licences hors de prix lors des départs en retraite. La baisse du coût de la licence devant normalement permettre une baisse des prix.

  • distrait il y a 11 mois

    Et si on allait chercher l'argent pour aider les chauffeurs en difficulté chez ceux qui leur ont vendu les licences plutôt que dans la poche du consommateur/contribuable ? Cà pourrait gêner quelques grands operateurs proche du gvt mais cà paraitrait plus logique non ?

  • jmlhomme il y a 11 mois

    Plus de controles.... Plus de fonctionnaires...Tous ces gens et elus qui osent faire ces propositions seront les premiers qui vont voir leur devenir brisé. C'est exactement le monde agricole des années 80. On vit ce que cela donne aujourd'hui....la vraie misere....quand ils ne se suicident.... faute de comprendre. Ils sont manipulés et ne s'en rendent pas compte : c'est grave