Taxis contre VTC : comment ça se passe à l'étranger

le
0

Le gouvernement de Californie vient d'autoriser les voitures avec chauffeur à conduire les clients au même titre que les taxis sous licence. A Bruxelles ou Vancouver, les VTC se doivent de facturer un prix minimum.

Les chauffeurs de taxi se mobilisent pour défendre leur profession. Le métier, très réglementée en France, fait en effet face au développement des compagnies de véhicules de tourismes avec chauffeur (VTC), une concurrence inédite qui doit son essor aux nouvelles technologies. Mais la France n'est pas le seul pays où la question de la libéralisation de la profession se pose. Aux États-Unis, certains États ont déjà franchi le pas. D'autres modèles sont appliqués dans des villes comme Vancouver ou Bruxelles.

Dans la plupart des pays industrialisés, la profession reste strictement encadrée: les chauffeurs de taxi doivent détenir une licence et leurs véhicules doivent remplir certains critères. Un moyen pour les États d'assurer la...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant