Taxe Tobin : le revirement progressif de Nicolas Sarkozy

le
4
Il y a 13 ans, le président de la République qualifiait la taxation des transactions financières, qu'il veut mettre en place aujourd'hui, d'«absurdité».

«Nous n'attendrons pas que les autres soient d'accord pour la mettre en œuvre. Nous la mettrons en œuvre parce que nous y croyons». Si Nicolas Sarkozy est aujourd'hui convaincu de la nécessité de la mise en place d'une taxation sur les transactions financières, cela n'a pas toujours été le cas.

La première prise de position publique du président de la République sur le sujet remonte à 1999. Au cours d'un débat télévisé, celui qui était alors président du RPR explique à Robert Hue, secrétaire général du Parti communiste français, que la taxe Tobin - du nom de l'économiste qui a, le premier, évoqué cette possibilité - est une «absurdité». «Si nous le faisons en France, on va encore le payer de dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires», explique-t-il alors. Fort de l'exemple de la Suède, contrainte d'abandonner la taxe face à la fuite des capitaux, Nicolas Sarkozy craint les effets négatifs d'une directive appliquée par la seule Franc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 11 jan 2012 à 11:03

    Suite... et bien au contraire...il faut les encourager à aller de l'avant et ne pas avoir peur de revenir sur des positions, de changer et d'innover !!!...

  • mlaure13 le mercredi 11 jan 2012 à 10:59

    Tout comme la "météo"...les éxigences mondiales évoluent et changent au fil des années...et il serait extrèmement préjudiciable que nos dirigeants dans le monde ne sachent ou ne voudraient pas s'adapter !!!...En conséquence, il ne faut pas leurs reprocher d'évoluer !!!...

  • raich2 le lundi 9 jan 2012 à 17:52

    Soyez indulgents M.Sarkosy a peut-être oublié ce qu'il a affirmé et nous ne sommes plus a la même époque, les temps changent et les hommes doivent changer.

  • gilmdm le lundi 9 jan 2012 à 17:08

    On n'est plus à un revirement ni une absurdité près! Comment imaginer lui donner carte blanche pour 5 ans de plus !!!