Taxe sur l'EBE, la nouvelle surprise fiscale du gouvernement

le
19
Pierre Gattaz semble sceptique face à l'offensive de charme de Pierre Moscovici, à l'université d'été du Medef, fin août.
Pierre Gattaz semble sceptique face à l'offensive de charme de Pierre Moscovici, à l'université d'été du Medef, fin août.

Le gouvernement pensait au moins pouvoir séduire les entreprises. Non seulement elles vont enfin bénéficier du crédit d'impôt compétitivité-emploi (CICE) l'année prochaine à hauteur de 4 % de leur masse salariale en dessous de 2,5 smic (13 milliards d'euros), mais elles devraient en plus être les plus épargnées par le budget 2014. (Lire aussi notre interview : Budget 2014, les ménages vont payer la facture.) Bercy se targue même de commencer à "simplifier" leur "paysage fiscal". Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve ont ainsi repris une promesse de Nicolas Sarkozy en annonçant la suppression de l'imposition forfaitaire annuelle (IFA), un impôt jugé unanimement stupide parce qu'il pèse sur le chiffre d'affaires, même quand l'entreprise ne dégage aucun bénéfice. La C3S (contribution sociale de solidarité des sociétés), due par toute entreprise au-delà de 760 000 euros de chiffre d'affaires, elle, sera réduite. Oui mais voilà, le Medef ne s'en satisfait pas, loin de là. Car, contrainte budgétaire oblige, il faut bien compenser le manque à gagner que la réforme va entraîner pour l'État. Et pour ce faire, le gouvernement va créer un impôt encore inédit qui pèsera sur l'excédent brut d'exploitation (EBE), au taux de 1,15 %.

Un impôt "totalement absurde" (Medef)

L'intention est bonne : il s'agit d'arrêter de taxer le chiffre d'affaires, qui n'est que la somme des ventes de biens et services d'une entreprise -...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ltondu le vendredi 4 oct 2013 à 13:54

    Et merci pour l'intention qui est bonne ! L'état pique dans la caisse direct en toute impunité... Et n'oublions pas de dire merci ça aurait pu être pire....

  • fquiroga le mercredi 25 sept 2013 à 07:51

    Et une taxe de plus... Champions du monde!

  • 300CH le samedi 21 sept 2013 à 16:15

    « Dieu se rit des hommes qui chérissent les causes dont ils déplorent les effets. »

  • fbordach le samedi 21 sept 2013 à 12:36

    Cela prouve l'incompétence du gouvernement dans le domaine économique... Finalement ils taxent ainsi les investissements, c'est sur que c'est la bonne méthode pour ré industrialiser la France!

  • M3366730 le samedi 21 sept 2013 à 10:13

    Les vases communicants en quelque sorte et au final + d'impôts, de taxes et prélèvements pour tout le monde pendant que le train de vie de l'état n'est pas diminué et que les membres du GVT mènent grand train !

  • 300CH le vendredi 20 sept 2013 à 19:40

    Elle est ou la pause FISCALE 2014, mdr, "Si je comprenais quelque chose en économie, je ne serais pas socialiste!!!" "Le socialisme est simplement un capitalisme dégénéré promu par des capitalistes faillis. Son objet véritable est d’obtenir plus d’argent pour ceux qui le professent."

  • mfouche2 le vendredi 20 sept 2013 à 17:35

    ils piquent l'argent dans les poches des particuliers et des entreprises. bientôt ils feront comme à Chypre ils iront se servir directement sur les comptes bancaires

  • lemeri38 le vendredi 20 sept 2013 à 17:29

    si les socialistes y comprenaient quelque chose à l’économie ça se saurait ...toujours pas compris qu'avant de redistribuer il fallait créer....quant à l’inversion de la courbe du chômage on sait maintenant qu'ils comptaient sur les emplois aidés mdr mais même ça ça ne suffira pas ...

  • ssanguin le vendredi 20 sept 2013 à 17:27

    Avec une telle incertitude fiscale dans notre pays, on n'est pas prêt de revoir des investissements (tous les jours, il y a du changement).

  • gnapi le vendredi 20 sept 2013 à 17:11

    Puis surtout c'est que la suppression des autres taxes évoquées, elle n'est pas votée elle. Contrairement à la nouvelle sur l'EBE.C'est ça qui est fortiche. On dit qu'on va faire, mais en parle juste. Par contre faire des nouvelles taxes, là on en parle un peu et on fait beaucoup.