Taxe majorée sur les surfaces commerciales : les hypermarchés crient à la provocation

le
11
Taxe majorée sur les surfaces commerciales : les hypermarchés crient à la provocation
Taxe majorée sur les surfaces commerciales : les hypermarchés crient à la provocation

 L'Assemblée nationale a adopté mardi les amendements présentés par des députés PS, écologistes et radicaux de gauche visant à augmenter la taxe sur les surfaces commerciales pour la grande distribution. Des mesures qu'a cautionnées le secrétaire d'Etat au Budget  Christian Eckert : «Il est normal que les grandes surfaces  visées soient plus imposées que les autres commerces, du fait de leur position de marché, de leur pouvoir de négociation par rapport aux fournisseurs et de l'importance de protéger les petites commerces de centre-ville».

Cette majoration de 50% de la Tascom vise les plus grands établissements, dont la surface de vente excède 2500 m². Elle est applicable aux impositions dues au titre de l'année 2015. Selon les auteurs de ce texte, elle a essentiellement pour objectif de corriger certains effets d'aubaine du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) alors que les hypermarchés ne sont pas confrontés à la concurrence internationale.

Cette taxe gonflée, qui pourrait rapporter 200 millions d'euros supplémentaires, devrait revenir aux collectivités locales. «La grande distribution a les moyens d'assumer cette augmentation», a justifié Dominique Lefebvre, le chef de file des députés PS de la commission des Finances.

Evidemment, ce texte a été sévèrement critiqué par l'opposition. Selon l'UMP, cette augmentation va être «néfaste» à un pan de l'économie. En outre, les députés UMP ont eu beau jeu d'affirmer que la mesure contredisait «l'engagement du président de la République de ne plus augmenter les impôts» en 2015. En revanche, Nicolas Sansu (Front de gauche) a estimé que «les grandes surfaces trouveront toujours une solution pour récupérer les 200 millions auprès des consommateurs».

8 000 emplois menacés selon les hypermarchés

La profession est évidemment très remontée contre cette mesure. «Ce texte est une véritable provocation à l'encontre du grand commerce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH le mercredi 3 déc 2014 à 10:17

    INFO voila un qui ne payera plus: Montebourg a mis en vente leur appartement acquis en 2000, mis en vente pour 1.370.000 euros, Le tout petit problème, c'est que cet appartement avait été évalué en mars 2013 à 890.000 euros par le ministre du redressement fiscal improductif, Arnaud Montebourg, soi-même, au passage La valeur de l'ancien appartement de BOUMBOUM a donc augmenté de 480.000 euros en un an et demi. Ce qui fait plutôt des envieux, vu l'état du marché immobilier.

  • paspad le mercredi 3 déc 2014 à 10:06

    200 millions x 5 ......... j'ai trouvé : suppression du sénat et de la moitié des députés

  • carina75 le mercredi 3 déc 2014 à 09:35

    Taxons les députés et les sénateurs !!!

  • M1310580 le mercredi 3 déc 2014 à 09:31

    mais non il a dit pas de hausses d’impôts prévues !

  • bernm le mercredi 3 déc 2014 à 09:30

    Il n'y a pas de problemes qu'une nouvelle taxe ne peut resoudre.Devise du politique francais...

  • FREDTOUZ le mercredi 3 déc 2014 à 09:06

    Manque plus qu'une taxe sur la bêtise et l'incompétence de nos gouvernants.Elle rapporterait bien plus.

  • sergela3 le mercredi 3 déc 2014 à 08:53

    Bande de buse qui va payer infiné?Les fournisseurs qui vont être ponctionnés sur leur petite marge et leurs salariés.Et le client qui va faire ses courses!!et après on nous explique que les impôts ne vont pas augmenteril faut interdire aux fonctionnaires de faire de la politique.

  • titresyl le mercredi 3 déc 2014 à 08:50

    pas d'impôts nouveaux...... ils ont vraiment l'art de jouer au billard avec notre pognon ...

  • dsta le mercredi 3 déc 2014 à 08:46

    Ces ostrogots sont à vomir !

  • titi092 le mercredi 3 déc 2014 à 08:36

    Le gouvernement est devenu fou ... et en plus ils disent aux supermarchés : répercuter cette nouvelle taxe sur les consommateurs.Incroyable ce cynisme.