Taxation des CDD : la CGPME dénonce «un coup de poignard» aux entreprises

le
0
Taxation des CDD : la CGPME dénonce «un coup de poignard» aux entreprises
Taxation des CDD : la CGPME dénonce «un coup de poignard» aux entreprises

Les réactions n'ont pas tardé. Les annonces de Matignon concernant l'insertion des jeunes suscitent déjà, pour certaines, la polémique. La taxation des CDD fait ainsi bondir la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises).

Dans un communiqué, l'organisation patronale dénonce «un coup de poignard dans le dos des entreprises» et un retour aux «bonnes vieilles recettes». «Au lieu de s'interroger sur les raisons qui poussent un employeur à embaucher en CDD et de regarder comment les inciter à préférer les CDI, le gouvernement choisit la voie de la sanction financière», dénonce la CGPME. 

QUESTION DU JOUR. Etes-vous favorable à faire payer plus cher aux entreprises le recours aux CDD ?

Pour le Medef, «taxer ne crée pas d'emplois»

En représailles, la CGPME explique qu'elle posera prochainement «à ses instances la question de son départ de la négociation en cours sur l'assurance chômage». «Le gouvernement assumera ses décisions, y compris les plus stupides».  De son côté, le Medef a fustigé «une longue tradition consistant à créer une nouvelle taxe pour chaque problème rencontré», alors que «taxer ne crée pas d'emplois».

Le Groupement des professions de services (GPS) a souligné pour sa part que les secteurs des services, «qui réalisent plus de 90 % des embauches en France depuis plus de 10 ans, seraient (...) les premiers à souffrir» de la surtaxation des CDD.

«Pour un certain nombre d'entre eux, le CDD - dont font partie les contrats courts - est un dispositif inhérent à l'activité et répond aux impératifs de saisonnalité», a expliqué le GPS. Le Groupement estime que «les exigences de fluidité et de flexibilité» gouvernant selon lui le marché du travail ne trouvaient «pas de réponse dans les versions de la loi travail».

«On se demande à quelle logique le gouvernement obéit»

Un peu plus tôt, le patron du Modem François Bayrou a, lui, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant