Taux: volat' quasi nulle après NFP, grand écart avec actions

le
0

(CercleFinance.com) - Les chiffres de l'emploi américains sont ils bons ou mauvais, personne n'en sait plus rien fondamentalement.

A première vue, +151.000 au lieu de +180.000 à +200.000, c'est plutôt mauvais... mais heureusement, les création d'emplois ont été revues à la hausse de +20.000 en juillet (à 275.000).

Cela fait ainsi apparaître une différence abyssale de +100.000 par rapport au score calculé par ADP (toujours en juillet): qui se préoccupe de comprendre comment un tel écart (+56% entre 2 entités observant au même moment le même marché du travail) est possible ?

Les opérateurs semblaient sur le coup saluer le soudain éloignement du risque de hausse par la FED fin septembre mais John Hatzius, un des principaux stratèges de Goldman Sachs affirme que pour lui, la probabilité d'une hausse le 21 septembre est de 55%.

Son avis ne semble pas très suivi par les marchés puisque les T-Bonds se tendent de +2,5Pts de base à 1,5970%... le genre d'écart déjà observé cette semaine sans nouvelle spectaculaire.

Si la FED rajoutait +25Pts dans 3 semaines, il s'agirait donc d'une hausse 'politique' et non dictée par le tableau de bord économique: elle provoquerait la fureur de D.Trump mais pourrait également desservir Hillary Clinton en cas de réaction négative de Wall Street.

Le 'spread' Bunds-T-Bonds ne varie pas car le '10 ans' allemand se dégrade également de +2,5Pts de base à -0,430%.

Nos OAT décalent d'à peine 1Pt de base à 0,187%, les BTP italiens se détendent symétriquement de -1Pt à 1,175% et les 'Bonos' de -3Pts à 1,0360%.

Dans ces conditions de quasi stabilité des marchés obligataires européens et US, comment parvenir à expliquer une envolée de +2,4% du CAC40 et de +2,2% de l'Euro-Stoxx... quand Wall Street affiche dans le même temps +0,2%.

Loin des 180.000 à 220.000 créations d'emplois attendues, l'économie américaine n'en a créé que 151.000... et le taux de chômage se redresse comme prévu de +0,1% à 4,9%.

Les création d'emplois ont en revanche été revues à la hausse de +20.000 en juillet (à 275.000), soit une différence abyssale de +100.000 par rapport au score calculé par ADP (toujours en juillet): qui se préoccupe de comprendre comment un tel écart (+56% entre 2 entités observant au même moment le même marché du travail) est possible ?

L'autre chiffre US du jour passe un peu inaperçu mais s'avère plus plaisant: le déficit commercial américain se contracte de -11,6% à -39,5Mds$, avec une hausse des exportations voisine de +1,5%.

Enfin, les commandes à l'industrie rebondissent de +1,9% en juillet après -1,8% en juin (contre +2% anticipé).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux