Taux: la détente se poursuit avec de mauvaises stats macro.

le
0

(CercleFinance.com) - Les taux se détendent assez logiquement en Europe ce jeudi (ils ne bougent pas en revanche aux Etats Unis) alors que les indices PMI publiés ce matin dans l'Eurozone s'avèrent décevants : le 'composite' qui mesure l'activité globale est ressorti à 53 en estimation finale (contre 53,6), à son plus bas niveau depuis janvier 2015).

L'Allemagne ne lâche rien côté 'services' (55,3 contre 55 en janvier) mais c'est le PMI 'composite' (incluant les commandes industrielles) qui souffre du ralentissement en Chine et aux Etats Unis avec un repli 55,1 vers 54,1.

En Angleterre où la 'City' constitue le coeur de l'activité des 'services': le PMI chute de 55,6 vers 52,7.

La France semble moins impactée mais ne s'en sort pas indemne avec un recul de -1,1Pt (de 50,3 vers 49,2) avec à la clé un basculement sous les 50.

Les OAT se détendent de 3Pts de base à 52% à l'issue d'une journée 'intéressante' où l'agence France Trésor a placé un total de 9MdsE d'emprunts à long terme, dont 1,51MdsE de '7 ans' à 0,13% (contre 0,76% le 3 septembre 2015), 5,1MdsE d'OAT '10 ans' à 0,63% (10Pts au-dessus du rendement affiché sur le marché secondaire), et enfin 2,39MdsE de '15 ans' assortis d'un taux de 1,12%, contre 1,44% en début d'année.

Les Bunds affichent une embellie de 4Pts à 0,17% (contre 0,21%), même écart sur les BTP italiens à 1,42% (statu quo sur les 'bonos' espagnols).

Les vedettes du jour sont les emprunts d'état grecs qui se détendent de 25Pts de base avec un basculement symbolique sous les 10%... à 9,99%.

Après 2 bons chiffres la veille aux Etats Unis, les mauvaises surprises s'enchainent de nouveau avec le PMI et l'ISM des 'services' aux Etats Unis.

Markit est le plus pessimiste avec une chute de 52,1 vers 49,7, ce qui fait plonger le PMI 'composite' de 53,2 vers 50 en février.

L'ISM des 'services' (calculé depuis les Etats Unis) résiste mieux à 53,4 contre 53,5 mais la composante emploi se dégrade nettement (à 49,7 contre 52,1) alors que Markit au contraire juge que l'emploi s'améliore.

La 2ème estimation de la productivité US au titre du quatrième trimestre est revue à la hausse (de -3 à -2,2%) et les commandes à l'industrie se redressent de +1,6% en janvier après -2,9% en décembre (mais déception, le marché attendait +2%).

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté de +6.000 à 278.000 mais c'est de l'épaisseur du trait (le marché anticipe un taux de chômage de 4,9% pour le mois de février et 190.000 créations d'emplois.

Et pour terminer sur une note positive: au vu de la remontée de 12 à 14% des indices boursiers et de la détente des taux vers les plus bas absolus, les analystes sont à peu près d'accord pour estimer que ce que va annoncer la BCE jeudi prochain, ça va être 'énorme'.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux