Taux: l'envol des indices boursiers impacte Bunds et T-Bonds

le
0

(CercleFinance.com) - La hausse effrénée des indices boursiers (qui effacent pratiquement l'intégralité de leurs pertes 2016 aux Etats Unis) et les bons chiffres mensuels de l'emploi américain commencent à peser sur les marchés obligataires.

Les actions ont repris entre +12 et +15% sur leurs planchers de février, plus personne ne parle de crise, de dangereuse capitulation boursière, d'avenir trop incertain ou de menaces de récession: dans ces conditions, pourquoi la BCE dégainerait-elle le bazooka monétaire et se précipiterait-elle pour envoyer les taux explorer des territoires négatifs inconnus ?

Les Bunds corrigent de +6,5Pts de base à 0,2350% (soit plus +10Pts sur la semaine), les OAT se dégradent de +5Pts de base à 0,582% (le '10 ans belge affiche le même écart à 0,565%), les 'bonos' espagnols et les BTP italiens limitent la casse avec +3Pts à respectivement 1,565% et 1,465% respectivement.

Le '10 ans' grec s'est maintenu à 9,96%, soit une détente de -65Pts sur la semaine... mais c'est un cas vraiment à part.

Les 'stats' publiées depuis mercredi aux Etats Unis apparaissent moins négatives -exception faite de l'ISM des services- et cela pourrait réveiller les craintes de voir la FED donner un second tour de vis monétaire d'ici le mois de juin (le rendez-vous de la mi-mars semblant trop proche de la série de mauvais chiffres publiés de mi-février à début mars).

Les risques inflationnistes semblaient totalement enterrés mais le rebond des produits de base, des prix du pétrole et des métaux semblent à leur tour écarter le risque déflationniste.

Les T-Bonds US voient leur rendement grimper de +7Pts de base à 1,90% (ils avaient touché un plancher de 1,7% mi-février).

Cette tension apparaît cohérente vu la robustesse des chiffres de l'emploi américain (NFP) au mois de février : ils s'avèrent supérieurs de +30% par rapport au consensus, avec 242.000 emplois non agricoles créés aux Etats-Unis le mois dernier contre 'seulement' 185.000 anticipés.

La statistique décevante du mois de janvier, qui faisait état de 151.000 créations d'emplois, a quant à elle été révisée de +21.000 à 172.000 et celle de décembre a été revue de 262.000 à 271.000, soit une bonne moyenne de +225.000 créations/mois sur les 3 derniers mois.

Le bémol provient des salaires qui ne décollent toujours pas avec des coûts salariaux horaires en repli de -0,1%.

Le déficit commercial américain s'est en revanche accentué en janvier, ressortant à 45,7 milliards de dollars, contre 44,7 milliards en décembre 2015 (chiffre révisé de - 43,4 milliards).

Ce chiffre constitue qui plus est une mauvaise surprise dans la mesure où les économistes s'attendaient à une amélioration autour de -44Mds$, mais cela ne pèse pas vraiment sur la tendance.

Enfin, le '10 ans' japonais s'accoutume à la singulière expérience des taux négatifs avec un rendement de -0,038% contre -0,025% la veille.

Les '10 ans' helvétique reste loin devant avec un rendement de -0,40%... une situation que beaucoup de suisse commencent à critiquer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux