Taux: journée soporifique, aux antipodes d'actions volatiles

le
0

(CercleFinance.com) - Tout comme vendredi, la séance a été extrêmement calme sur les marchés obligataires, dont la sérénité contraste de nouveau avec l'ambiance 'portes de saloon' régnant sur les places boursières, avec jusqu'à 5% de volatilité intraday sur le CAC40 ou l'Euro-Stoxx50 en additionnant les contrepieds successifs observés ce lundi.

Les actions sur-réagissent aux différentes déclarations des représentant des banques centrales BCE, les marchés de taux font comme s'ils n'avaient rien entendu d'important.

La BCE avait euphorisé ce matin la Bourse de Paris en réaffirmant sa volonté de combattre 'absolument la déflation' (fallait-il lire entre les lignes qu'un nouveau 'QE' est à l'étude ?) mais pratiquement pas de réaction sur les Bunds ou les OAT qui terminent inchangés à 0,176 et 0,5120% respectivement, même stabilité parfaite sur les 'bonos' à 1,578 et les BTP italiens à 1,487%.

Y'a t'il davantage de mouvement sur les T-Bonds US ?

La variation du jour est à peine mesurable: 1,849 contre 1,8460% vendredi.

Pourtant, James Bullard et David Rosengren (deux membres influents de la FED) ont pointé l'accumulation de signaux pré-inflationnistes sur les salaires et les prix aux Etats Unis : il pourrait être nécessaire de remonter les taux dès le mois de juin.

John Williams (Fed de San Francisco) tempère un peu ce risque en soulignant que des vents contraires continuent de souffler depuis les pays émergents et que les statistiques économiques en interne doivent concorder avant de relever les taux.

Et le PMI manufacturier de mai s'avère décevant avec un recul de 50,8 vers 50,5 (au plus bas depuis septembre 2009) contre 51 attendu.

En Europe, les chiffres du jour demeurent positifs dans l'absolu mais qui trahissent néanmoins un ralentissement de la croissance.

L'indice PMI 'flash' composite de l'Eurozone, qui regroupe le secteur

manufacturier et les services, se tasse légèrement à 52,9 en mai contre 53 en avril, soit son plus bas niveau en 16 mois.

'Le PMI 'flash' du mois de mai renforce le tableau d'une croissance en sourdine de l'activité économique en zone euro, avec peu de signes d'amélioration dans l'immédiat', commente Markit, qui compile la statistique.

Quelques petits rayons de soleil parviennent à poindre en France et en Allemagne: la croissance de l'activité du secteur privé français atteint son plus haut niveau depuis sept mois: (le PMI composite de Markit se redresse de 50,2 en avril à 51,1).

Le PMI 'flash' manufacturier allemand ressort également en progression à 55,2 contre 54,5 anticipé en avril... mais les Bunds n'ont même pas tressailli et les 'spread' avec les T-Bonds reste inchangé à 167Pts de base.

Difficile de trouver la moindre trace de volatilité sur n'importe quel continent puisque le '10 ans' japonais est repassé symboliquement de -0,1% à -0,098%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux