Taux de pauvreté et inégalités ont augmenté en 2011

le
1
LE TAUX DE PAUVRETÉ ET LES INÉGALITÉS CONTINUENT D'AUGMENTER EN FRANCE
LE TAUX DE PAUVRETÉ ET LES INÉGALITÉS CONTINUENT D'AUGMENTER EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Le taux de pauvreté a continué d'augmenter en France en 2011 pour atteindre 14,3% de la population et les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres se sont encore accrues, selon les chiffres publiés mercredi par l'Insee.

Le taux de pauvreté, qui correspond à la proportion des personnes dont le niveau de vie est inférieur à 60% du niveau de vie médian de l'ensemble de la population, a ainsi augmenté de 0,3 point, après +0,5 point en 2009 et en 2010, la hausse touchant d'abord les chômeurs et les salariés.

En 2011, le niveau de vie médian des personnes vivant dans un ménage en France métropolitaine est resté stable à 19.550 euros, soit 1.630 euros par mois, après un recul de 0,5% en 2010 et une hausse de 0,4% en 2009. Il avait augmenté de 1,8% par an en moyenne entre 2004 et 2008, année du début de la crise.

Les 10% des personnes les plus modestes avaient un niveau de vie inférieur à 10.530 euros en 2011 et les 10% des personnes les plus aisées un niveau de vie d'au moins 37.450 euros.

Les inégalités ont encore augmenté, la situation continuant à se dégrader pour la moitié inférieure de la distribution des niveaux de vie tandis qu'elle s'améliorait pour la moitié supérieure.

Le niveau de vie des personnes les plus modestes a diminué en 2011 pour la troisième année consécutive, alors que celui des personnes à très hauts revenus a une fois de plus progressé. Pour les très hauts revenus, soit 1% de la population, la progression des revenus du patrimoine explique deux tiers de l'accroissement des revenus.

En 2011, 11,9% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté étaient des chômeurs, une catégorie qui a contribué pour près de la moitié de l'augmentation du taux de pauvreté.

Le taux de pauvreté des chômeurs est ainsi passé de 35,8% en 2010 à 38,9% en 2011, tandis que le taux de pauvreté des salariés est passé de 6,3% à 6,9%.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le mercredi 2 juil 2014 à 10:26

    Voila ce qui arrive quand un pays examine sa situation avec des références fausses. Nos "économistes " ont un référent le PIB. Cet "agrégat" comporte des revenus fondés et des non fondés sans signification. Il est politiquement très utile. Il permet de considérer que l'octroi d'une mission bidon par le gouvernement à une troupe de copains améliore le PIB. pendant ce temps le résultat négatif de la balance commerciale montre la perte de richesse de la France. Ainsi la pauvreté s'installe.