Taux de la Fed : et si Jeffrey Lacker avait raison ?

le
0
Jeffrey Lacker, président de la Réserve fédérale de Richmond. (© Richmond Fed)
Jeffrey Lacker, président de la Réserve fédérale de Richmond. (© Richmond Fed)

Le président de la Réserve fédérale de Richmond était bien seul, hier, en se prononçant pour une hausse de 25 points de base de l'objectif des fonds fédéraux du FOMC (Federal Open Market Committee), compris aujourd’hui entre 0 et 0,25%. Comme le célèbre héros solitaire du feuilleton-western TV «Le Virginien», Jeffrey Lacker entend tracer sa route et prendre date pour la suite.

Pas nécessairement catalogué parmi les faucons, ce banquier central-là me paraît, aujourd'hui, considérer que sortir au plus vite de cette longue période de taux zéro ne répond plus à un objectif de réglage conjoncturel, mais bien à une question de principe et de restauration de hiérarchies naturelles.

Tout a été dit sur les incertitudes de la reprise économique, en cours depuis près de cinq ans. La baisse ambiguë du taux de chômage est partiellement assise sur la faiblesse du taux de participation au travail de la population. L’effet richesse des ménages est reparti à la hausse, sous l'effet de la montée des marchés, et il profite à l'immobilier. Le dollar est renforcé et pèse sur les exportations, mais il protège de l'inflation, à la faveur du mouvement de balancier imprimé aux prix des matières premières.

Quelques points de plus ou de moins sur les taux ne sont guère susceptibles de modifier sensiblement cet équilibre. Alors que veut le

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant