Taux: consolidation Bunds, OAT, T-Bonds, sursaut 10 ans grec

le
0

(CercleFinance.com) - Le rebond des places européennes occasionne quelques prises de bénéfices sur les marchés obligataires: ce n'est pas encore une véritable rotation sectorielles car l'effet BCE continue de jouer en faveur des marchés de taux, avec la promesse d'un loyer de l'argent éternellement (pour au moins 2 ans) nul à négatif.

La BCE n'est pas la seule à promettre toujours plus de liquidités (c'est pour le 10 mars) car la Bank of Japan pourrait également se remettre elle aussi sur le mode 'QE no limit' dès jeudi prochain et accroitre ses rachats tous azimuts (actions comprises).

Cela n'a pas vraiment eu d'effet sur les emprunts japonais échéance 2026 qui remontent vers 0,24% (+1Pt de base) contre un plancher de 0,205% en début de semaine mais Tokyo a apprécié (+5,9% pour le Nikkei).

C'est cette rumeur véhiculée par le grand le quotidien financier 'Nikkei' (généralement 'bien renseigné', au près des meilleures sources) qui a fait exploser les indices nippons ce matin.

Les inquiétudes relatives à la Chine ont été mises entre parenthèses, de même que les anticipations déflationnistes avec un pétrole qui reprend +7% à 31,5$ (+18% sur les plus bas de mercredi).

Les T-Bonds consolident et le rendement se dégrade un peu, vers 2,05% (+2Pts de base).

Comme les Bunds en font autant (+3Pts de base à 0,486%), le 'spread' avec les T-Bonds reste quasi stable (156Pts de base).

Les statistiques américaines publiées ce vendredi sont plutôt encourageantes avec une hausse de +1,5Pt du 'flash PMI' à 52,7 et surtout un spectaculaire rebond de +14,7% ventes de logements anciens après le décrochage de 10,5% en décembre (à 5,46 millions d'unités le mois dernier) selon l'enquête de la NAR (Association of Realtors).

Les ventes de logements anciens affichent par ailleurs une croissance de 7,7% en glissement annuel et le prix médian s'élève à 224.100$.

La seule petite déception -vite surmontée- provenait des 'leading indicators' qui s'effritent de -0,2%.

En Europe, le 'flash' PMI allemand recule de 55,5 vers 54,5, dans le sillage du PMI manufacturier (-0,9 à 52,1).

Le 'flash' PMI français remonte à 50,5 contre 50,1, malgré la rechute du 'PMI' manufacturier de 50,6 vers 49,8).

Aucun impact sur les OAT qui ont fini à 0,80% contre 0,78%, soit une détente de 5Pts de base sur la semaine écoulée.

Repli également des BTP italiens (+3Pts de base à 1,58%) et des 'bonos' espagnols (quasi stables à 1,73% contre 1,72%).

Nette embellie sur le '10 ans' grec, fortement sous pression mercredi et jeudi et qui se détend de 50Pts de base, de 10,20 vers 9,70%... mais cela fait tout de même +100Pts sur la semaine écoulée, la pire depuis fin novembre 2015, aussi bien en terme d'écart que de pourcentage.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux