Taubira : «Le jour où je ne suis pas solidaire du gouvernement, je m'en vais»

le , mis à jour à 16:44
2
Taubira : «Le jour où je ne suis pas solidaire du gouvernement, je m'en vais»
Taubira : «Le jour où je ne suis pas solidaire du gouvernement, je m'en vais»

Christiane Taubira reste au gouvernement. En estimant ce jeudi dans une interview à «L'Obs» que «la gauche a adopté les mots de la droite», la ministre de la Justice avait semblé, bien que s'en défendant, planter des banderilles dans la carapace du Premier ministre Manuel Valls au lendemain de la défaite de la gauche aux élections départementales. 

«Ça n'aurait pas de sens que je sois au gouvernement et que je considère que le Premier ministre, quel qu'il soit, que ce soit M. Valls ou un autre, soit responsable de cette longue traversée difficile que la gauche a connue», s'est rattrapée ce jeudi matin la ministre interrogée par des journalistes sur le perron de Matignon à la sortie d'une réunion du gouvernement.

«Le jour où je ne suis pas solidaire du gouvernement, je m'en vais», a-t-elle dit.

«La gauche a subi depuis une dizaine d'années des défaites culturelles et sémantiques terribles. La gauche a adopté les mots de la droite -c'est une faute- parce qu'elle a cru qu'elle devait constamment démontrer ses capacités gestionnaires. Elle a renoncé à l'idéal, aux utopies», expliquait-elle dans «L'Obs».

Amie de Montebourg mais pas sur la même ligne

Sur le perron de Matignon, Christiane Taubira a déclaré vouloir «simplement qu'on se réhabitue à faire des analyses, à étudier des doctrines, à prononcer des mots, à habiter ces mots». «Je veux simplement qu'on se réhabitue dans la classe politique à être clair, par rapport à la société. Ça vaut pour la gauche, ça vaut pour la droite», a-t-elle précisé.

«Moi, je fais une analyse, j'assume totalement cette analyse, elle n'a rien à voir avec le Premier ministre, dont je soutiens l'action très clairement», a martelé la garde des Sceaux.

Elle s'est d'ailleurs démarquée de l'ex-ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, désormais vice-président de l'enseigne d'ameublement Habitat, qui a décoché dans Les Échos de nouvelles flèches ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 2 avr 2015 à 17:58

    Elle a été prise en Laponie cette photo, vu son accoutrement vestimentaire ?????

  • M940878 le jeudi 2 avr 2015 à 17:44

    les français ne sont pas solidaires du gouvernement et de son chef culbuto , qu'elle dégage de suite et continue à faire son combat indépendantiste en Guyane