Taubira : «La gauche a adopté les mots de la droite, c'est une faute»

le
4
Taubira : «La gauche a adopté les mots de la droite, c'est une faute»
Taubira : «La gauche a adopté les mots de la droite, c'est une faute»

Petits règlements de comptes à gauche, après la débâcle. Alors qu'Arnaud Montebourg charge François Hollande dans une interview aux «Echos», les coups pleuvent aussi de l'intérieur. Dans un entretien à «L'Obs» à paraître ce jeudi, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, fait elle aussi entendre sa petite musique.

Questionnée sur la poussée du Front national, la ministre de la Justice lâche : «La gauche a subi depuis une dizaine d'années des défaites culturelles et sémantiques terribles. La gauche a adopté les mots de la droite - c'est une faute.» Taubira va plus loin en estimant que «parce qu'elle a cru qu'elle devait constamment démontrer ses capacités gestionnaires», la gauche «elle a renoncé à l'idéal, aux utopies».

Elle ne se démarque pas pour autant du gouvernement

Selon elle, la gauche «a voulu montrer qu'elle faisait toujours des choses équilibrées, ce qui est exactement le contraire du mouvement, et qu'elle était pragmatique, un qualificatif qui est vraiment un parent très pauvre de la politique». Lorsque L'Obs lui fait remarquer que le pragmatisme est «le mot que Manuel Valls utilise pour définir la gauche moderne», Christiane Taubira se dit «solidaire de l'action du Premier ministre», mais prend tout de même ses distances en souligne que «ce n'est pas le vocabulaire dans lequel (elle puiserait) pour définir la gauche».

La garde Sceaux ne se démarque pas pour autant du gouvernement auquel elle appartient. «L'idéal de la gauche, c'est-à-dire la lutte contre les injustices, les inégalités, le souci de la justice sociale, ne peut pas disparaître», estime-t-elle, avant d'ajouter que «toute l'action du gouvernement va dans ce sens». Et assure avoir une influence sur la ligne. «Il y a des tas de textes sur lesquels je me bats à l'intérieur et je remporte de vraies victoires», certifie-t-elle.

Souvent présentée comme la caution de gauche d'un gouvernement social-libéral, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le jeudi 2 avr 2015 à 12:17

    Elle est l'incarnation de tout ce dont nous n'avons pas besoin, et tout ce dont la France n'a pas besoin. Justice lui est ainsi rendue puisque le combat de sa vie fut de lutter contre les esclavagistes et oppresseurs aue nous sommes.

  • kurki le jeudi 2 avr 2015 à 11:02

    Elle avoue : la gauche, c'est l'UTOPIE en permanence ! Voilà pourquoi le Pingouin-chef n'a rien fait pour l'économie française, il espérait ...

  • michevey le jeudi 2 avr 2015 à 09:52

    A-t-elle besoin d'un bureau comme çà pour travailler (le mot "travail" est peut-être un peu fort.....!) ? Quel gaspillage pour le contribuable !

  • mipolod le jeudi 2 avr 2015 à 09:21

    Une faute des gauch.os parmi tant d'autre est de l'avoir nommer ministre et ensuite de l'avoir confirmer à ce poste.