Tarkett : retour sur une valeur de l'euroliste par Jérôme Lieury (Cercle des analystes indépendants)

le
0

Jér�me Lieury du Cercle des analystes indépendants revient en détails sur la valeur Tarkett.
Jér�me Lieury du Cercle des analystes indépendants revient en détails sur la valeur Tarkett.

Tarkett, entreprise française cotée sur l'euroliste (compartiment A), figure parmi les leaders mondiaux du développement, de la fabrication et de la commercialisation des revêtements de sol et de surfaces. Jérôme Lieury, gérant associé au Cercle des analystes indépendants, analyse cette valeur mal connue du grand public, qui avait mal performé en 2014.

1ère impression : Tarkett : moins de montagnes russes en 2015?

Introduite en Bourse fin 2013 à environ 27,40¤ par action, Tarkett (TKTT, 20,40¤) a fait un parcours décevant, baissant de 26% depuis l'IPO (dont -37% sur l'année 2014). L'explication est simple a priori : le groupe fait de bonnes affaires en Russie et en Ukraine (notamment avec sa filiale serbe Sintelon), qui contribuent largement à l'Ebitda consolidé, or ces affaires sont, pour le moment en tous cas, très perturbées par les troubles en tous genres : i) conflit ukrainien grandement médiatisé, ii) chute du prix du pétrole, la première exportation russe, et, en fin d'année, iii) chute du rouble contre toutes devises, que l'on connaît.

L'activité russe de Tarkett n'est pas anecdotique : elle représente plus de 60% de la zone CEI-AsiePacifique-Amérique Latine du groupe, qui est la première contributrice en terme d'activité et d'Ebitda consolidé.

Détail des publications

La direction de Tarkett ne donne pas de chiffres sur la Russie prise isolément, mais prend toutefois le temps i) de rappeler que le potentiel de cette zone est conséquent en principe, le marché du renouvellement de tous les sols de toutes les habitation construites durant l'ère soviétique en étant encore à ses balbutiements, et, ii) d'expliquer aux investisseurs les spécificités de ce marché. On notera donc à cet égard que :

- l'activité se fait essentiellement dans les revêtements de sols, et à 80% auprès du grand public, via des grossistes revendeurs, alors que 60% du CA consolidé groupe est réalisé en moyenne dans l'immobilier tertiaire et commercial.

- le groupe produit sur place, et il est de loin le leader du marché, tant en taille qu'en prix, face à des concurrents qui importent la majeure partie de leurs offres.

- Tarkett a augmenté ses prix tout au long de l'année, soit +5% par trimestre les trois premiers trimestres 2014, pour compenser la dépréciation du rouble, mais sa chute brutale à partir d'octobre, -33% en deux mois au bas mot, a fini par peser significativement sur les chiffres de l'année. Ce malgré la hausse des volumes liée aux achats de précaution de consommateurs russes rompus à tous les désordres économiques.

Perspectives de la valeur en 2015

Ceci étant, il faut tenir compte des éléments suivants :

- la filiale russe a passé une hausse de prix : +20%, en début d'année 2015, suivie a priori par les concurrents, pour compenser les baisses de volumes attendues, le consommateur arbitrant à présent sa dépense vers des besoins plus prioritaires : on espère donc une activité stabilisée, et toujours rentable, en 2015.

- les résultats de l'année 2015 devraient dépendre i) de la résorption de quelques foyers de pertes, notamment le parquet en France, et les sols résidentiels aux USA, ii) des gains de productivité et iii) de l'intégration de l'activité (CA > 200M¤) et des résultats de Desso, un fabricant hollandais de dalles de sols aux dernières normes environnementales ("cradle to cradle") acquis en toute fin 2014.

Une valeure moins fortement valorisée que les autres entreprises du secteur

De fait, le marché a l'air de "pricer" aussi un scenario plus rose que noir pour Tarkett en 2015 (et de ne pas céder, pour une fois, à la tentation du vertige géopolitico-boursier) : le cours de Bourse évolue favorablement depuis quelques temps, et même un peu mieux que les indices avec une performance de +14% depuis le début de l'année.

Si l'on regarde la valorisation, on s'aperçoit que le PER ressort à un peu plus de 10x notre prévision de RN 2016e, 0,54x CB/CA et 0,79x VE/CA. Les grands concurrents américains, tels Armstrong (IWA; $54), Mohawk (MHK ; $176,5) ou encore Interface (TILE ; $16) se paient à des niveaux de PER qui s'étagent entre 16 et 22x, et des multiples CB/CA de 1x à 1,6x. Bien sûr, ceux-ci opèrent sur des marchés éventuellement plus paisibles, et ne sont pas contrôlés par un actionnaire majoritaire, ce qui justifie éventuellement une prime de risque supplémentaire.

Jérôme Lieury

Données boursi�res de Tarkett.
Données boursi�res de Tarkett.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant