«Tarkett est l'entreprise la plus mondialisée dans son secteur»

le
0
Michel Giannuzzi, président du directoire de Tarkett. (© Tarkett)
Michel Giannuzzi, président du directoire de Tarkett. (© Tarkett)

Où en êtes-vous en Russie, un de vos principaux marchés (environ 15% des ventes) ?

Michel Giannuzzi : Du fait du contexte économique difficile, nos volumes ont reculé de 15% en Russie au premier semestre. La tendance actuelle est au même niveau de baisse, mais il n’y a pas d’aggravation comme lors de la crise de 2009 quand nos volumes avaient chuté de 30%. Nous sommes aussi confrontés à la dégradation de la répartition de nos ventes, car les consommateurs russes se reportent sur les produits d’entrée de gamme. Nous réagissons en réduisant les coûts. Par ailleurs, nous ajustons les niveaux de prix en fonction du cours du rouble : nous avons appliqué en début d’année des hausses de prix de 15 à 20% pour répercuter la dépréciation de la monnaie russe, puis à nouveau de 10% en septembre. Nous avions baissé nos prix de 10 à 15% en juin pour prendre en compte le renforcement du rouble au deuxième trimestre.

■ Potentiel russe colossal

Quelle est votre visibilité sur le redémarrage en Russie ?
Michel Giannuzzi :
Selon les experts, le produit intérieur brut russe devrait baisser de 4% cette année, avant de redémarrer progressivement en 2016. C’est une écono­mie très corrélée aux matières premières. Pour Tarkett, le potentiel du marché reste colossal. Plus de 80% des ménages russes sont propriétaires de leur logement et les besoins en rénovation

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant