Tarifs des professions réglementées : Macron bat en retraite

le
4
Le ministre de l'Économie a plaidé coupable devant les députés.
Le ministre de l'Économie a plaidé coupable devant les députés.

La reculade est spectaculaire. Emmanuel Macron a accepté lundi de modifier substantiellement une mesure-clé de son projet de loi, sur les tarifs des professions réglementées du droit - cela dans un contexte tendu, le ministre révélant avoir reçu "des menaces de mort de certains officiers publics ministériels". "Avec la même conviction pour défendre ce en quoi je crois, j'ai la même lucidité quand je me suis trompé", a-t-il souligné devant les députés, en "plaidant coupable en quelque sorte" sur le mécanisme de "corridor tarifaire". Emmanuel Macron a rappelé dans l'hémicycle avoir plaidé initialement pour une part de tarifs variables pour les notaires, huissiers et mandataires judiciaires notamment dans le cadre de ce "corridor tarifaire", afin de "permettre à de jeunes professionnels de s'installer" et de faire jouer la "concurrence". "Mais je n'avais pas vu l'effet pervers que cette mesure pouvait avoir", "les rapporteurs ont fait pression pour aller plus loin en commission spéciale pour améliorer le système, j'ai résisté et ma résistance a conduit à créer un système compliqué", a ajouté le ministre dans une longue intervention. Sur le corridor tarifaire, "je proposerai d'y revenir parce que c'est un élément de complexité", a-t-il dit. En revanche, ce projet de loi va permettre "la transparence sur les tarifs et sur la remise, qui existe aujourd'hui en pratique sur des tarifs opaques", a expliqué le locataire de Bercy. Un amendement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le mardi 3 fév 2015 à 12:32

    Il a essayé de s'attaquer aux notaires, c'est une très mauvaises idée. Les notaires font profil bas mais c'est un groupe de pression extrêmement puissant et organisé.

  • Toti1926 le mardi 3 fév 2015 à 11:46

    C'est un clown. Des effets de manche et d'annonce, suivis d'une marche arrière... Combien le payons-nous pour cela ?

  • matt62 le mardi 3 fév 2015 à 11:41

    encore un ministre payé et qui ne sait rien faire que de taper sur les petits car les dimanches bossés ça sera voté

  • carmine1 le mardi 3 fév 2015 à 11:37

    ''il n'avait pas vu l'effet pervers....'', bientôt il ne restera rien de cette fameuse loi de relance. lol!!! et toujours un nombre de sans emploi en progression continue. La seule chose qui progresse dans notre pays.