Tarifs des autoroutes : les parlementaires préconisent de renégocier les contrats

le
12
Tarifs des autoroutes : les parlementaires préconisent de renégocier les contrats
Tarifs des autoroutes : les parlementaires préconisent de renégocier les contrats

Comment sortir par le haut du bras de fer engagé avec les sociétés concessionnaires des autoroutes ? Alors que les députés rendent ce mercredi matin un rapport très attendu, le gouvernement, qui veut faire baisser les prix des péages, dispose d'une marge de manoeuvre très étroite.

Mi-septembre, un rapport de l'Autorité de la concurrence dénonçait la «rente» de ces entreprises depuis la privatisation de 2006, les péages augmentant plus vite que l'inflation. Pour le gouvernement, le dossier est devenu politique mais aussi symbolique d'une lutte permanente pour préserver le pouvoir d'achat des ménages... Dernière sortie en date, Ségolène Royal a demandé le gel des tarifs pour 2015 alors qu'ils doivent selon les contrats de concession augmenter de 0,57% au 1er février. Dans ce contexte, les pistes présentées par «le rapport d'information sur la place des autoroutes dans les infrastructures de transport» en début de matinée à l'Assemblée nationale seront regardées de près.

L'équation impossible de la nationalisation. Depuis la privatisation des autoroutes en 2006, la question de leur nationalisation revient régulièrement au parlement avec des propositions de loi d'initiative parlementaire. A chaque fois, ces textes sont retoqués. Les raisons sont connues: une telle opération coûterait au bas mot plus vingt milliards d'euros à l'Etat, s'ajoutant aux 17 à 20 milliards d'euros de dette résiduelle à la charge de l'Etat... Le principe de réalité économique va donc forcément s'imposer au gouvernement.

De surcroît, une telle mesure demandée par le rapport parlementaire n'aurait pas d'effet immédiat. Un tel rachat ne peut se faire qu'au premier janvier de chaque année, moyennant un préavis d'un an. En d'autres termes, le temps presse pour le gouvernement s'il souhaîte prendre les commandes des autoroutes au plus tôt le 1 er janvier 2016. Après le 31 décembre, il sera trop tard et il faudra patienter une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil le mercredi 17 déc 2014 à 15:19

    si on ne renegocie pas les contrats alors que c est possible on pourra se demander pour qui travaille le parlement...

  • sense78 le mercredi 17 déc 2014 à 13:13

    L'Etat oublie de rappeler qu'il perçoit 40% du montant des péages, que les sociétés autoroutières se sont endettées de 30 milliards. Le rapporteur PS qui indique que l'État peut bien emprunter 20 milliards en plus des 200 milliards déjà empruntés annuellement; Cette addiction à l'impôt est suicidaire surtout que l'État ne serait pas un bon gestionnaire pour nos autoroutes.

  • gache1 le mercredi 17 déc 2014 à 11:12

    Gouvernement de plastronneurs sans idée et sans argent. Vite des élections !

  • M8216083 le mercredi 17 déc 2014 à 11:04

    Dans l'article sur Eiffage on lit :Pierre Bergé a en outre confirmé des informations du quotidien Les Echos selon lesquelles l'Etat et les sociétés d'autoroutes ont conclu en 2013 un accord prévoyant une hausse des tarifs pour compenser l'augmentation d'un taxe acquitée par les concessionnaires. Donc pour faire passer une taxe dans les tarifs, le gouvernement pousse puis après il dit que les tarifs augmentent trop : on se moque de qui là ?

  • abbayede le mercredi 17 déc 2014 à 11:00

    Pour renégocier un contrat il faut être deux. A défaut on reste dans le contrat en cours.La politique de force de l'état se heurte à ses engagements et à son manque d'argent quand il veut exproprier.A part faire du bruit elle ne produira rien et ce sera le mieux car de plus elle n'est pas très sensée.

  • alain782 le mercredi 17 déc 2014 à 11:00

    villepin veut revenir au pouvoir avec sarko,qu'il reste chez lui ce bon à rien!!!!

  • f.peter le mercredi 17 déc 2014 à 10:55

    L'augmentation pour 2015 devrait être de 0,57%. Si seulement mes impôts n'avaient augmenté que du même %. Et si seulement nos élus ne s'appliquaient que des augmentations annuelles de 0,57% la France irait mieux.

  • lorant21 le mercredi 17 déc 2014 à 10:54

    mais bien sur que les tarifs augmentent plus vite que l’inflation. La formule est 07.i+X (X dépendant des travaux acceptés par l'Etat). Si l'Etat ne veut pas de travaux, l'augmentation des tarifs sera inférieur à l'inflation. Problème: c'est l'Etat qui demande des travaux (la relance permanente!!) et les sociétés concessionnaires sont bien contentes.

  • berghof le mercredi 17 déc 2014 à 10:49

    Une fois de plus l'État français fait la preuve qu'il est SANS FOI NI LOI !!!

  • wanda6 le mercredi 17 déc 2014 à 10:47

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20141216trib4dfbc00d4/le-traite-transatlantique-risque-de-faire-baisser-les-salaires-en-europe.html