Tarifs bancaires: les Français devraient y voir plus clair

le
0
Des plaquettes présentant les prix des dix services standards de gestion des comptes vont être mises à disposition des clients dès le 1er janvier. L'objectif est de faire jouer la concurrence entre les établissements.

Opération transparence. Dénoncées à maintes reprises par les associations de consommateurs, et même condamnées par l'Autorité de la concurrence pour l'opacité de leur politique de frais, les banques françaises vont publier ce 1er janvier les prix des dix services standards qu'elles proposent à leurs clients. Parmi eux figurent l'abonnement permettant de gérer ses comptes sur Internet, plusieurs offres de cartes de paiement, le retrait en euros d'un distributeur d'un autre établissement de la zone euro avec une carte de paiement international, les frais de prélèvement, les commissions d'intervention ou encore l'assurance perte ou vol des moyens de paiement.

Cet engagement pris avec la ministre de l'Economie Christine Lagarde à l'automne s'inscrit dans une opération plus générale de clarification de la tarification bancaire. L'idée est d'offrir au consommateur la possibilité de comparer et de faire jouer la concurrence entre les établissements. Christine Lagarde avait même déclaré qu'à terme, l'objectif était de faire baisser les tarifs des services bancaires.

Banir le jargon

Pour preuve de leur bonne volonté, les banques se sont expressement engagées à proposer des packages de services dont le coût de revient seraient moins chers que les services à l'unité, ce qui n'est pas encore le cas, comme le soulignait l'association CLCV en début d'année 2010.

Epinglées par un rapport de la Commission européenne de septembre 2009, qui classait les établissements français parmi les champions d'Europe des frais cachés et des appellations difficilement compréhensibles pour leurs clients, Bercy a aussi demandé aux banques de reformuler leur plaquette tarifaire en évitant le jargon. Selon les banques, une même opération peut s'appeler «commission», «prélèvement», ou alors se cacher derrière une appellation complètement absconse, comme «PFT», pour «participation aux frais de traitement non automatisés». Le président du Comité consultatif du secteur financier (CCSF), Emmanuel Constans, réunira professionnels et association de consommateurs courant janvier pour avancer sur la clarté et l'harmonisation des termes employés par les banques dans leurs brochures. La normalisation est attendue pour le mois d'avril prochain.

Des incidents de paiement moins onéreux

Une troisième étape est prévue pour le deuxième semestre 2011. A partir du 30 juin 2011, les banques devront faire figurer, sur le relevé mensuel de compte envoyé aux clients, le total mensuel des frais bancaires. Les banques françaises occupent en effet la troisième place au classement européen des frais de gestion de compte courant. La banque facture en moyenne 154 euros de frais par an. Un «forfait sécurité», destiné à réduire les frais pour incidents, qui seront divisés par deux par rapport au tarif actuel ou fixés à un niveau modeste, devra en outre être proposé.

L'ensemble des ce mesures fera enfin l'objet d'un contrôle du CCSF, qui présentera un rapport annuel sur le suivi des pratiques tarifaires des banques.

(Avec AFP)

LIRE AUSSI:

» Frais bancaires : un rapport de suivi publié tous les ans

» Tarifs bancaires : la France dans la moyenne

» Les banques veulent réduire l'utilisation du chèque

» Changer de banque, un parcours du combattant

» Lagarde s'attaque à l'opacité des tarifs bancaires

» Lourde amende pour onze banques françaises

» Les banques proposent des tarifs très contrastés

» Un virement simplifié pour concurrencer le chèque

» Frais pour découvert bancaire: les banques jugées excessives

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant