Tarifs bancaires : les banques en ligne restent imbattables

le
2

Les banques en ligne restent moins chères que les réseaux traditionnels, selon une étude de l'UFC-Que-Choisir. L'association de consommateurs pointe aussi des hausses tarifaires «injustifiées» depuis trois ans.

Imbattables. Selon une étude de l'UFC-Que-Choisir, qui publie mardi son palmarès des banques françaises en 2014, les banques en ligne restent les moins chères. L'association de consommateurs a passé en revue les tarifs des dix services les plus utilisés dans 129 établissements: cartes bancaires (à débit immédiat, différé et à autorisation systématique), coût du retrait d'argent dans un distributeur d'une banque concurrente, virement occasionnel, mise en place d'un prélèvement, commission d'intervention, assurances moyens de paiements et frais de tenue de compte.

Résultat, Boursorama ex-aequo avec ING Direct montent sur la première marche du podium (0 euro facturé pour ces dix services). Elles sont suivies par Fortuneo (18 euros par an) et Hello Bank (38 euros pour la nouvelle banque en ligne de BNP Paribas), Monabank (123,5 euros). Les banques des assureurs figurent aussi dans le top 10 des banques les moins chères: Macif (122,10 euros) et Groupama Banque (143,25 euros). Le Crédit Agricole Aquitaine (145,55 euros) se classe en huitième position, suivi par la Banque Postale (145,9 euros) et le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur (149,2 euros).

A l'opposé les banques locales restent de très loin les plus onéreuses. En tête, Société Marseillaise de Crédit (367,2 euros par an) suivie par Banque Dupuy de Parseval (295,85 euros), Banque Marze (294,54 euros) ou encore Banque de Savoie (251,92 euros). «En général, banques en ligne et les «assurbanquiers» (banques créées par des compagnies d'assurance) sont moins chers que les réseaux traditionnels, mais ils ne sont pas accessibles à tous les clients», souligne l'UFC.

Des écarts de prix très conséquents

Les tarifs varient aussi beaucoup en fonction du profil des consommateurs (jeune, actif, seniors boursicoteurs). L'écart de prix d'une banque à l'autre est très important (un client actif peut payer 12 fois plus cher qu'un autre). Plus surprenant, à l'intérieur d'un même réseau, les différences tarifaires peuvent être «impressionnantes» en fonction de la région. Ainsi, les 10 services passés en revue par l'UFC sont facturés 145 euros au Crédit Agricole Aquitaine, mais le même client paiera 216 euros au Crédit Agricole Morbihan.

L'UFC pointe également une «explosion de certains tarifs avec pour certains des hausses injustifiées et intolérables», estime Nicole Perez, animatrice de la commission banques finances de l'association de consommateurs. Parmi les dix services les plus utilisés par les consommateurs, sept ont augmenté entre octobre 2010 et janvier 2014, dont quatre bien plus que l'inflation (+5,2% sur la période).

Les frais de tenue de compte, de plus en plus répandus, ont ainsi bondi de 98,8% en trois ans (61% des banques les pratiquent contre 32% en 2010). Les frais facturés lors des retraits déplacés (lorsque le client effectue un retrait d'argent dans le distributeur d'une banque concurrente) ont eux progressé de 67,9% «alors qu'ils auraient du baisser après l'accord passé avec l'autorité de la concurrence pour réduire le montant des commissions interbancaires en 2011», explique Nicole Perez. Le prix des cartes bancaires a aussi sensiblement progressé: carte bancaire à débit immédiat (+6,6%); carte à autorisation systématique (+4,7%), «ce qui peut poser problème pour les plus fragiles» et carte classique à débit différé (+4,5%). Le prix d'un virement occasionnel s'est lui apprécié de 6,6%. Les banques ont en revanche fait des efforts importants pour la facturation d'un abonnement internet (-31,5%) et la mise en place d'un prélèvement (-34%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kelly91 le mercredi 29 jan 2014 à 19:01

    C'est vrai que depuis quelques années, on observe à une explosion des banques en ligne qui sont souvent moins chers que les banques traditionnels. La promotion des parrainage par les banques en ligne avec à la clef un cadeaux de bienvenue à accentuer ce phénomére. Par exemple Boursorama offre plus de 60 € avec un parrainage [http://parrain-boursorama.fr ]url:http://parrain-boursorama.fr

  • M5661885 le mercredi 22 jan 2014 à 12:15

    Pour gérer au mieux la totalité des services dont un particulier un peu actif et éclectique a besoin, il faut avoir 2 ou 3 banques: Une banque en ligne pour la carte bancaire, les investissements et la bourse, la Banque Postale pour les services de proximité au quotidien et une banque de réseau où on est client de longue date pour les crédits immobiliers et certains placements ou les situations à problème. On aura le meilleur pour pas cher du tout !