Tarifs bancaires : comment y voir plus clair

le
0

 

Tarifs bancaires : comment y voir plus clair
Tarifs bancaires : comment y voir plus clair

Malgré les efforts des établissements pour améliorer leur lisibilité, la compréhension des tarifs bancaires demeure complexe. Dans ce domaine, les banques en ligne ont des atouts indéniables. Quelques conseils pour y voir plus clair.

C'est un fait : les tarifs bancaires sont multiples. Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) dans son dernier Observatoire 2014, dénombre 552 barèmes différents pour 123 établissements étudiés. Cette abondance de tarifs rend la comparaison difficile pour les consommateurs. D'où la loi de séparation et de régulation des activités bancaires du 26 juillet 2013 (JO du 27), qui renforce l'information des consommateurs et leur permet plus facilement de faire jouer la concurrence.

De nouvelles obligations pour les banques

Depuis 2014, la nouvelle loi contraint tout d'abord les banques à harmoniser la dénomination des intitulés des frais dans leurs plaquettes tarifaires. Les consommateurs peuvent donc plus facilement comparer les prix à l'unité (hors packages et promotions) sur les 11 postes les plus courants : abonnements internet, alertes SMS, cotisations cartes bancaires à débit immédiat, à débit différé, cartes de paiement à autorisation systématique, frais de retraits en euros, tarification des virements SEPA, de ceux des prélèvements, commissions d'intervention, assurance perte ou vol des moyens de paiement et enfin, nouveauté, frais de tenue de compte. La banque doit envoyer, chaque année, le récapitulatif des frais payés sur l'exercice précédent et sa nouvelle grille tarifaire. Autre mesure qui va dans le bon sens, le plafonnement des commissions d'intervention perçues en cas de découvert, de rejet de chèque, de virement... le tarif étant limité à 8 ¤ par opération avec un montant maximum de 80 ¤ par mois (4 et 20 ¤ pour les consommateurs en situation de fragilité).

Les banques en ligne très compétitives

Qui estime payer trop cher peut donc plus aisément recourir à la concurrence. S'il est vrai que la plupart des frais ont tendance à baisser ou à évoluer de façon modérée, les frais de retrait aux distributeurs ou de virement continuent de s'envoler. Autre tendance, la facturation de la tenue de compte se généralise, comme le souligne l'Observatoire du CCSF*. Seulement 38 banques proposent aujourd'hui la gratuité, contre 43 en 2013 et 51 en 2012. Alors, pourquoi ne pas changer d'établissement et faire appel à une banque en ligne ? Selon la CLCV*, s'il en coûte 215 ¤ pour un consommateur moyen et 547 ¤ pour un gros consommateur dans un établissement traditionnel, ces montants sont ramenés respectivement à 98 ¤ et 337 ¤ dans une banque en ligne. Avec Boursorama Banque, par exemple, de nombreux services sont gratuits : carte bancaire tous les ans (Visa ou Visa Premier), tenue de compte, accès internet, prélèvements, virement, commissions d'intervention, retraits aux distributeurs...

 

Selon l'étude Le Monde/Choisir-ma-banque.com de janvier 2015, la facture annuelle de frais bancaires en 2014 s'établit à 188 ¤ (moyenne sur 4 profils de consommation bancaires éligibles aux banques en ligne). Derrière cette moyenne, on constate des différences très significatives pour un même profil : un cadre dépensera ainsi de 40 ¤... à 491 ¤ de frais annuels selon l'enseigne choisie.

 

Ce n'est donc pas un hasard si Le Monde/Choisir-ma-banque.com a de nouveau élu Boursorama « Banque la moins chère en 2015 ». Faire de Boursorama sa banque principale et non plus secondaire constitue donc une excellente stratégie pour 2015, d'autant que grâce à son service de domiciliation bancaire, tout est plus simple. Le consommateur bénéficie des produits et services d'une banque classique, les frais en moins !

 

*CCSF (Comité consultatif du secteur financier). Cet organisme public est chargé d'étudier les questions liées aux relations entre les établissements financiers et leurs clientèles respectives.

*CLCV (Consommation, logement et cadre de vie). Il s'agit d'une association nationale de défense des consommateurs et usagers.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant