Taponier et Ghesquière, des habitués des zones de conflit

le
0
Les deux journalistes de France 3, libérés après 18 mois de captivité en Afghanistan, sont des reporters aguerris. Tous deux ont multiplié les reportages dans des pays en guerre au cours de leur carrière.

Des journalistes exemplaires, courageux et rodés aux terrains de guerre. C'est ainsi que les reporters Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, libérés mercredi après avoir été otages pendant dix-huit mois en Afghanistan, sont décrits par leurs confrères. Les deux hommes, réunis dans le même calvaire depuis leur enlèvement le 30 décembre 2009 à 60 kilomètres au nord-est de Kaboul, ont connu des parcours similaires.

Diplômé de l'Ecole de reportage de Paris (Erap) en 1990, le journaliste reporter d'images (JRI) de France 3, Stéphane Taponier, est un habitué des grands reportages en zones de conflit, notamment en Afghanistan. En 2000, il effectue un reportage dans la province afghane du Panshir, où il filme le commandant Massoud, qui a combattu l'occupation soviétique, puis le régime des talibans. Il y revient trois semaines en 2002, avant de se rendre en 2008 dans la province de Kapisa. C'est là qu'il est enlevé, un an plus tard, avec Hervé Ghesquière, alors qu'i

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant