Tapie : six questions clés sur l'arbitrage

le
0
Les enquêteurs s'intéressent de près aux liens unissant Bernard Tapie et Pierre Estoup, l'un des trois juges arbitres qui a accordé 403 millions d'euros à l'ancien homme d'affaires dans le litige contre le Crédit Lyonnais en 2008.
o Comment a été décidé l'arbitrage?

Après des réunions à l'Élysée et à Bercy, pour tenter une médiation, revient, en juillet 2007, l'idée d'un arbitrage, déjà évoqué par le passé, y compris sous l'ère Jospin à Matignon. Le principe est acquis et un compromis d'arbitrage est arrêté quelques mois plus tard, après plusieurs rendez-vous chez l'avocat de Bernard Tapie, Me Maurice Lantourne. Ce compromis fixait les règles du jeu et les sommes qu'en aucun cas la sentence arbitrale ne pouvait dépasser: 295 millions d'euros d'indemnités et 50 millions au ­titre du préjudice moral, pour les époux Tapie. Ce compromis d'arbitrage, trouvé entre le Consortium de réalisation (CDR), organisme de défaisance du Crédit lyonnais relevant d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant